La drôle de retraite de Russie de Napoléon et d’Armand de Caulaincourt

     Napoléon doit mourir, Jean-Baptiste Bourgois. Editions Sarbacane, 168 pages, 26 euros.

    On n’a jamais vu une telle évocation de la retraite de Russie. Mais celle-ci est à l’image, fantasque et fantastique, du héros de cette aventure, Armand Augustin Louis de Caulaincourt. Enfant charmant, d’une vive intelligence et doté d’une étonnante capacité à éviter les coups, puis une fois adulte, les balles et autres désagréments physiques. Des facultés qu’il va mettre au service de la Révolution française, en participant à toutes les grandes batailles des années 1790, puis, plus encore au service du Premier Empire.

    Héros napoléonien bien connu (ah, non ?), il s’illustra ainsi, de façon plus discrète auprès de l’Empereur qu’il retrouva à Moscou en flammes. Et c’est à lui que l’on doit la sauvegarde de l’Europe que Napoléon, dans sa fièvre, était sur le point de détruire à la tête de son armée de démons, comme tout le monde le sait, bien sûr…

    Roman graphique aussi fantaisiste que surprenant, Napoléon doit mourir se distingue déjà par son style volontairement très rétro, retrouvant les techniques narratives des origines de la bande dessinée, avec souvent des récitatifs placés sous des dessins sans cases. Ou des dessins positionnés de diverses manières dans la page. Le style, épuré et fin, fait songer à du Sempé un peu enfantin, ou le minimalisme du trait se double d’une méticulosité certaine quand il s’agit de dessiner une armée en retraite ou un démon détruisant une cité. Et cela avec le même talent pour décrire une bataille pleine de cris et de fureur ou des paysages nettement plus contemplatifs.

    Cette grande liberté graphique se retrouve également dans la narration, avec son mélange étonnant de récit historique et de pure fantasy débridée. Cela donne une série d’aventures rocambolesques, parfaitement loufoques, mais avec une vraie cohérence interne pour peu que l’on accepte de plonger dans l’univers fantaisiste et l’humour très particulier de Jean-Baptiste Bourgois.

    Sans avoir peut être la profondeur de Longue vie de Stanislas Moussé (qui récidive cet automne avec Le Fils du roi), cet album est quand même un nouvel OVNI hors norme dans cette année 2020.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    1
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Renaud, une bande (dessinée) pour lui tout seul maintenant

    La bande à Renaud, collectif. Editions Delcourt, 106 pages, 18,95 euros. Renaud aime bien ...

    A la base du foot

    Les footeux du dimanche, t.1: une saison en district, Oliv’ (scénario), Aré, Berquin et ...

    Fantôme de famille

    Royal City, tome 2: Sonic Youth, Jeff Lemire. Editions Urban Comics, coll. Indies, 144 ...

    Infinity 8 au coeur de la nécropole galactique

    Infinity 8, tome 6: connaissance ultime, Lewis Trondheim (scénario), Franck Biancarelli (dessin). Editions Rue ...

    La grandeur d’un nain errant et d’Arran

    Nains, tome 4: Oösram des errants, Nicolas Jarry (scénariste), Jean-Paul Bordier (dessin). Editions Soleil, ...

    Le trait tranché de Mathurin

    Mathurin soldat, un crayon dans le canon, Maadiar. Editions du Pélimentin, 106 pages, 21 ...