La fin tragique et flambloyante de l’expédition La Pérouse à Vanikoro

    Vanikoro, Patrick Prugne. Editions Daniel Maghen, 104 pages, 19,50 euros.

    Parties pour un long voyage d’exploration autour du globe de quatre ans, les deux frégates dirigés par le comte de Lapérouse disparaissent en 1788 dans l’océan Pacifique alors qu’elles faisaient route vers les îles Salomon. L’épave des navires sera retrouvée, bien plus tard, au large de l’île perdue de Vanikoro. Mais comment s’est achevé ce périple ? C’est ce que conte ici Patrick Prugne.

    Tout commence par une nuit de juin 1788, dans une terrible tempête. La Boussole, le navire de La Pérouse est envoyé par le fond, seuls trois rescapés parviennent à atteindre le rivage. L’Astrolabe, le second navire s’en sort mieux et parvient à s’amarrer près d’une plage, avec encore une bonne partie de l’équipage à bord. Mais les avaries sont trop nombreuses et le navire doit être abandonné. Le pire, surtout, comme les marins et soldats vont s’en rendre compte, est que l’île n’est pas déserte mais habitée par des “coupeurs de tête”, qui vont kidnapper certains membres de l’expédition.
    Entre mesures de survie immédiate et espoir de repartir, les tensions s’accentuent. Et puis, il y a le trésor de La Pérouse, réel ou imaginaire, qui occupent aussi tous les esprits.

    Si ce n’est véridique, du moins vraisemblable. Telle est le partie-pris de Patrick Prugne ici. Partant des éléments historiques, il imagine et brode ce qu’a pu être – ou aurait pu être – le destin tragique  de cette expédition. Rien ne manque : une ouverture dantesque avec un naufrage spectaculaire, des rescapés bloqués sur une plage dans la crainte d’indigènes hostiles, une course malsaine au trésor, un espoir d’illusoire de s’en sortir, une présence oppressante de la forêt et de tous ses dangers. Et des personnages bien typés et marquants. Et la forte pagination – 84 pages – permet de bien poser les ambiances.

    Graphiquement, passant des plaines de l’ouest américain des Pawnees ou des forêts canadiennes des Iroquois aux îles du Pacifique, Patrick Prugne magnifie encore une fois la nature sauvage et luxuriante avec ses superbes aquarelles. Un dessin toujours magistral mis au service d’une nouvelle grande aventure humaine, tragique et angoissante.

    Ajoutons, en fin d’album, un joli cahier graphique, reprenant une partie des recherches sur les personnages et quelques grandes illustrations de toute beauté. Un bel album, comme les précédents édités chez Daniel Maghen.

     

     

     

     

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    1
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Anuki toujours en course

    Anuki, tome 6 : la Grande course de printemps, Frédéric Maupomé (scénario), Stéphane Sénégas ...

    Au boulot, la BD !

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis ! 0J'AIME0J'ADORE0Haha0WOUAH0SUPER !0TRISTE0GrrrrMerci !

    L’Histoire autrement

    [media id=8 width=320 height=240] L’histoire autrement Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis ! 0J'AIME0J'ADORE0Haha0WOUAH0SUPER ...

    Le boxeur était surtout son père

    Mon père était boxeur, Barbara Pellerin et Kris (scénario), Vincent Bailly (dessin). Editions Futuropolis, ...

    “Charlie hebdo” rallume les Lumières

    Quatre ans déjà. Quatre ans à peine que la rédaction de Charlie hebdo était ...