La Horde du Contrevent avance bien

    La Horde du Contrevent, tome 2: l’escadre frêle, Eric Henninot (scénario et dessin), Gaëtan Georges (couleur). Editions Delcourt, 74 pages, 16,95 euros.

    Partie vingt-sept ans plus tôt d’Aberlaas, La 34e Horde, menée par l’impitoyable Golgoth approche de la flaque de Lapsane, étendue d’eau croupie et de végétaux en putréfaction ; nouvelle épreuve pour les hordiers qui viennent de perdre leur prince et doivent impérativement conserver la cohésion du groupe pour tenter de parvenir jusqu’à l’extrême amont, ce lieu mythique  – et jamais atteint – ou les vents violents qui balaient la planète cessent enfin. Un répit imprévu va leur être apporté, alors qu’ils progressent dans une plaine d’herbes hautes par l’apparition du vaisseau de l’Escadre frêle, de la confrérie fréole.

    Celle-ci, contrairement aux Amontistes ne rechignent pas à la technologie pour se déplacer dans l’air, à bord d’immenses vaisseaux mus par une énergie mystérieuse.
    La Horde accepte l’invitation de passer quelques heures de repos à bord. Mais diverses nouvelles, puis d’inquiétantes actions vont faire prendre conscience à certains d’entre eux des dangers qui les menacent. Sans compter la farouche détermination de Golgoth à poursuivre sa “ligne directe” par le centre de la flaque de Lapsane, au risque que la Horde s’y noie et disparaisse. Et cela avant même d’aborder le défilé de Norska, le terrible passage qui les attend ensuite…

    Eric Henninot avait intelligemment posé les bases de l’univers surprenant et unique du roman d’Alain Damasio dans le tome 1 de cette saga (envisagée en cinq ou six albums). Dans ce deuxième épisode, il s’attache à dépeindre l’arrière-fond politique et les tensions existant entre les différentes castes: “Amontistes” avec ses marcheurs inflexibles, “pragma” prêts à plus de compromis pour atteindre leurs buts, “Fréoles” ironiques et regardant de haut ce monde avec une certaine distance ironique et puis les savants “chroniens” (juste évoqués pour l’instant). Il creuse aussi un peu plus la psychologie des personnages et la force des liens nécessaires entre les hordiers. Et une fois encore, la forte pagination permet de laisser le temps de poser les situations.

    Graphiquement, si la séquence de bataille aérienne entre le guerrier Erg Machaon et un adepte de “la poursuite” est pour le moins brumeux, le reste de l’album est limpide et se permet quelques morceaux de bravoure, comme l’apparition du vaisseau fréole ou la double page révélant la flaque de Lapsane, qui montre toute la dimension du défi qui attend la 34e Horde.

    Enfin, saluons le travail d’édition et le soin mis à placer un résumé de l’épisode précédent et un éclairant “trombinoscope des membres de la horde.

    Désormais, sans trahir l’oeuvre de Damasio, cette Horde du Contrevent commence à devenir aussi celle d’Eric Henninot.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Chili, la mémoire bien vivante des vaincus

    Vaincus mais vivants, Maximilien Le Roy (scénario), Loïc Locatelli-Kournwsky (dessin). Editions Le Lombard, 128 ...

    Samedi danoir à Copenhague

    Après Cabu, Charb, Wolinski, Honoré, Oncle Bernard et les autres, Lars Viks ? Cet ...

    Des BD pour les enfants

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis ! 0J'AIME0J'ADORE0Haha0WOUAH0SUPER !0TRISTE0GrrrrMerci !

    Patte d’eph, les nouveaux mondes de Pattes de mouche

    Les fins du monde, Lewis Trondheim. Edition l’Association, Coll. Patte d’eph, 32 pages, 6 ...

    Pourquoi nous ne parlerons pas du nouvel Astérix…

    (… au matin de sa sortie en librairie) Chaque nouvel album d’Astérix est devenu ...

    Île était une fois, Groix

    Insulaires, Prosperi Buri. Editions Warum, 104 pages, 18 euros. Tout le monde n’a pas ...