Enjeux environnementaux et sociétaux dans la “Revue dessinée”

    Derrière sa couverture noire, avec son ours blanc surpris d’être ainsi marqué d’un code barre (oeuvre de l’affichiste Jean Jullien), le contenu de ce 18e numéro de la Revue dessinée est, lui aussi, assez sombre. Mais encore une fois de grande qualité. Et démontrant combien la bande dessinée et le bd-reportage peuvent être des supports adaptés à la vulgarisation des sujets les plus complexes.

    Ainsi, après des enquêtes brillantes sur les emprunts toxiques et les partenariats public-privé, Catherine Le Gall et Benjamin Adam décryptent le principe de la “compensation écologique”, à partir du cas de la réserve de la plaine de Crau et dans un style graphique minimaliste et très clair. Fouillée, éclairante, leur enquête donne une vision ambivalente et mitigée de ce principe visant à ce que celui qui détruit un écosystème participe à en recréer un autre. De quoi mettre en lumière les zones d’ombres et les ambiguïtés de la “finance verte”.
    Dans le même registre environnemental et des destructions humaines, Cécile Cazenave et Tangui Jossic racontent “l’effet domino” de la surpêche de la morue au large de Terre-Neuve. Dans un récit court, mais explicite et marquant, porté par un dessin très coloré. Et toujours en matière de logique de consommation vaguement absurde, Bertrand Gobin revient sur le système des supermarchés, appuyé par le trait faussement naïf du Cil Vert).

    Autre enquête-révélation forte du numéro (du moins pour moi, et sans doute pour beaucoup de lecteurs): celle sur le scandale des “parafoudres”, ces petites ampoules, bourrées de radon (un gaz radioactif) installées sur les poteaux et les centraux téléphoniques et qui seraient à l’origine de cancers chez les agents chargés de les poser. Un sujet de Clotilde de Gastines bien mis en images, dans un style expressif par Thierry Bouüaert.

    Deux autres sujets, à l’inverse, mettent en avant des initiatives plus positives et innovantes, en matière de psychiatrie, avec l’épopée de la clinique de La Borde de Jean Oury (racontée par Arno Bertina et le dessinateur Pierre-Henry Gomont) et la mise en place expérimentale de la méthode Montessori dans une école d’un quartier populaire de Montreuil (par Taina Tervonen et fort joliment dessiné par Carole Maurel).

    Et avec ce contenu, intéressant, mais plutôt lourd, les différentes rubriques apportent une légèreté bienvenue. C’est ainsi le cas avec la découverte du jeu de fléchettes par Stéphane Trapier, dans le style burlesque et dans le registre décalé et absurde qu’il affectionne. C’est le cas, une fois encore, pour l’excellente rubrique “Face B” d’Arnaud Le Gouëfflec et Nicolas Moog, sur les oubliés du rock, cette fois consacrée à l’étonnant Jonathan Richman, proto-punk des Modern Lovers, puis inventant un style candide très personnel et connu sans doute du plus grand nombre pour sa présence dans Mary à tout prix, le film des Frères Farrelly.
    Autre joli petit moment d’émotion, la “rubrique des cinés”, où Catel évoque Laurel et Hardy avec Anne Goscinny. Et on ne peut manquer de saluer le retour (ponctuel, apparemment) de “la Sémantique, c’est élastique”, la très drôle et très cultivée rubrique de James, qui s’attaque cette fois au langage sur les réseaux sociaux et aux “grammar nazis”, vigilants censeurs de la bonne pratique de l’écriture en ligne.

    Enfin, la Revue dessinée s’engage aux côtés de la revue américaine Resist ! initiée par Françoise Mouly et Nadja Spiegelman et leur revue Raw, afin de fédérer des artistes contre la présidence de Donald Trump.
    Les abonnés de ce numéro 18 recevront donc une sélection du numéro 2 de Resist ! avec des contributions graphiques d’inégales valeurs, mais comptant quand même deux grands dessins de Daniel Clowes, une page d’Art Spiegelman ou des illustrations fascinantes de Sara Gironi Carnevale.

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Un beau tombeau pour “Bob” Siné

    Siné mensuel sort aujourd’hui un hors série sur Siné, décédé le 5 mai : ...

    So Film en bande de ciné

    En quelques saisons, So Foot s’est fait une réputation – méritée – d’apporter un ...

    Partir en bande dessinée à Amiens, d’aujourd’hui à samedi

    Pour la deuxième fois, l’opération Partir en livre va mettre à l’honneur, à Amiens, ...

    Tchao, Tchô !

    Après 15 ans d’existence, le magazine Tchô cesse de paraître avec ce n°164, pour ...

    Une histoire d’amour en toute transparence

    Les petites distances, Véronique Cazot (scénario), Camille Benyamina (dessin). Editions Casterman, 152 pages, 22 ...

    Le Roi Singe reprend ses aventures

    Les aventures du Roi Singe, tome 1: Les Immortels, Stéphane Melchior (scénario), Vincent Sorel ...