La guerre des sexes et celle de Troie

    Le cœur des Amazones Géraldine Bindi (scénario),Christian Rossi (dessin). Editions Casterman, 160 pages, 25 euros.

    En pleine guerre de Troie, conflit légendaire de la mythologie grecque, une autre guerre moins connue se déroule. Celle opposant les soldats Grecs aux terribles Amazones. Sous l’autorité de leur jeune et belle reine Penthésilée, ces guerrières aussi terrifiantes que séduisantes, vivant en autarcie dans un environnement luxuriant et isolé, livrent une guerre sans pitié au sexe opposé.
    Pour des raisons remontant à plusieurs générations, leur haine du genre masculin est d’une violence implacable. Elles se servent de leurs captifs comme esclaves sexuels sur l’autel de leurs plaisirs et dans un but de reproduction – lors de la fête des fleurs – avant de les exécuter. Dans la même veine, les enfants nés de sexe masculin sont aussi sacrifiés. Jusqu’au jour où l’une d’elles refuse que l’on fasse subir ce sort cruel à son bébé et que la reine Penthésilée tombe amoureuse du demi-dieu Achille. La guerre des sexes aura-t-elle lieu ?

    Vous croyiez tout savoir sur la mythologie grecque ? Cette histoire va vous prouver le contraire. Si la guerre de Troie fait partie des récits épiques les plus connus, celle opposant les Amazones de la reine Penthésilée et l’armée grecque du roi Achille l’est beaucoup moins. Pourtant ce mythe figure dans l’Iliade d’Homère, adapté aujourd’hui dans ce très bel album.

    Cette bande dessinée scénarisée par Géraldine Bindi, professeur de littérature et spécialiste de la mythologie grecque et dessinée par Christian Rossi (WEST, La gloire d’Héra) est conçue comme une fresque épique. Le travail de documentation remarquable de Géraldine Bindi qui a consacré son mémoire de maîtrise sur L’Iliade combiné au trait réaliste et à la palette de couleurs (entre ocre et sépia au style d’art hellenestique) de Christian Rossi réussissent à nous plonger dans cette aventure hors norme se déroulant dans l’Antiquité. Les femmes et des hommes, souvent représentés (demi)nus, ont des corps sculpturaux et athlétiques, comme des statues grecques. Les scènes de batailles mais aussi d’orgies – dont se dégage un érotisme puissant que ne renierait pas Manara, maître du genre dans le 9e art – sont restituées avec le même réalisme.
    La vie n’est jamais loin de la mort et le sexe de la tragédie. Ces rapports antagonistes – haine, amour – entre les deux sexes résonnent étrangement avec l’époque actuelle où on assiste à la résurgence d’un féminisme militant. Ainsi cette scène lorsqu’une héroïne déclare à son captif masculin après un rapport sexuel intense et violent : « Une femme n’est pas une chose qu’on maltraite elle a un avis elle a une âme, ses propres envies. Compris ? »

    Reste qu’au final cet album laisse un sentiment contrasté. Si on prend plaisir à découvrir cette histoire légendaire d’amazones guerrières loin des images d’Epinal sur ce sujet maintes fois fantasmé (notamment dans la littérature dite pour adultes), on a tendance parfois à se perdre dans la chronologie et confondre certains personnages. La faute à un récit beaucoup trop long qui aurait mérité d’être plus synthétique. Mais cela n’enlève rien à l’effort méritoire qu’ont fourni les auteurs pour redonner toute leur place dans l’Histoire à ces Amazones, fières, farouches et surtout très contemporaines.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    1
    SUPER !SUPER !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste depuis près de 20 ans, dans différents titres de la presse locale, tombé dans la marmite des bulles, quand il était petit, en découvrant Snoopy puis les aventures d'un naufragé du A, des Tuniques bleues ou encore d'un Gentilhomme de fortune accompagné d'un célèbre révolutionnaire russe. Toujours passionné de BD, a collaboré à l'éphémère magazine BachiBouzouk, écrit un mémoire sur "L'Association" en 1999 sous la direction de Pierre Christin (IUT de journalisme de Bordeaux) puis aujourd'hui chroniqueur à Bulles Picardes.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Titeuf se recase !

    Titeuf, tome 13 : à la folie, Zep, éditions Glénat, 48 pages, 10,45 euros. ...

    Un “éloge” de la bande dessinée qui laisse sans voix…

    L’enfer est pavé de bonnes intentions, c’est connu. Et le Nord célèbre pour les ...

    Seule survivante

    Seul survivant, tome 2 : Bossa nova club, Christophe Martinolli et Thomas Martinetti (scénario), ...

    Prokon et profond à la fois

    Prokon, Peter Haars. Editions Matière, 64 pages, 13 euros. Produire et consommer. Produire ce ...

    La Grande Guerre d’une bête de Somme

    La grande guerre de Charlie, vol.1,  de Pat Mills et Joe Colquhoun, Label Délirium, ...

    10 histoires pour autant d’idées fausses sur la pauvreté

    ATD Quart Monde édite sa première bande dessinée, pour démonter les préjugés sur les ...