Le combat Tesla – Edison continue de faire des étincelles

    Les trois fantômes de Tesla, tome 2 : la conjuration des humains véritables, Richard Marazano (scénario), Guillhem (dessin). Editions Le Lombard, 48 pages, 13,99 euros.

    Changement d’ambiance pour ce deuxième tome qui débute, toujours en 1942;  sur une île déserte du Pacifique ou des naufragés ont la surprise de voir passer une nuée de robots, avant que l’un d’eux ne tombe près d’eux. Des robots volants, arme secrète des Japonais pour gagner la guerre. Autre surprise, le père du jeune Travis – que l’on pensait mort – est en fait l’un de ses naufragés, qui va tenter une périlleuse expédition en cherchant à remettre en marche le robot.
    A New York, pendant ce temps, le FBI mené par l’inspecteur Kelly a retrouvé Nikola Tesla sur son lit de mort. Mais les forces fédérales ignorent que Travis a pu entrer en contact avec le génial inventeur… et continue, grâce à la nouvelle existence ectoplasmique de son défunt voisin. Et le jeune garçon va se retrouver encore plus impliqué dans la guerre que continue de mener Tesla et ses amis (qui vont se découvrir ici, non sans quelques autres surprises) contre Thomas Edison, lui même en quête désespérée d’immortalité.

    Si le premier tome, jouant pleinement son rôle d’album d’exposition, paraissait un peu marquer le pas, cette suite est nettement plus dynamique et rapide. Elle plonge cette fois complètement dans le fantastique steampunk. L’alternance des séquences new-yorkaises et celles dans le Pacifique se fait de façon très fluide, l’histoire avance de façon très rythmée et il prend toute sa dimension dans les dernières pages, avec une très jolie dernière planche qui donne vraiment envie de connaître la dernière partie de ce triptyque. Il faut d’ailleurs saluer, une fois encore, le travail graphique de Guilhem dans un style réaliste au petit air comics vintage. Un travail encore accentué par  la mise en couleur, qui joue également bien des séquences majoritairement nocturnes du récit (dans sa partie new-yorkaise du moins).

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Des lendemains radieux ou en vert sombre ?

     Et nos lendemains seront radieux, Hervé Bourhis. Editions Gallimard BD, 80 pages, 18 euros. ...

    Une Croisade pour rien

    Les aigles décapitées, Tome 25 : Au nom du roi, Michel Pierret. Editions Glénat, 48 ...

    Les Editions amiénoises de la Gouttière saluées par BD Gest’

    Les différents prix d’acteurs du monde de la bande dessinée continuent d’être dévoilés. C’est ...

    Mathieu Sapin gagne la présidentielle

    Campagne présidentielle, 200 jours dans les pas du candidat François Hollande, Mathieu Sapin, 72 ...

    Le sport mène à tout…

    Matt Peterson, tome 1 : London Running, Laurent-Frédéric Bollée et Stom. Casterman et L’Equipe, 56 ...

    Un roman noir plus salsa que karma

    Karma Salsa, tome 1, Joël Callède, Frédéric Campoy, Philippe Charlot, éditions Dargaud, 56 pages, ...