Le dernier Humain sur Terre

    L’Humain, Diego Agrimbau (scénario), Lucas Varela (dessin). Editions Dargaud, 144 pages, 21 euros.

    Deuxième “vision du futur” après celle décrite, avant l’été, dans Aiôn de l’Amiénois Ludovic Rio. Cette fois encore, il est encore question d’androïdes et de décalage temporel. Dans 500.000 ans, une capsule, détachée des vestiges d’une immense station spatiale, se crashe sur notre planète. A son bord, Alpha, une psycho-bot d’apparence féminine retrouve la Terre, désormais dominée par diverses sortes d’humanoïdes simiesques. Elle va parvenir à retrouver d’autres androïdes et comprendre qu’elle est responsable de la santé de Robert, un biologiste généticien qui visait à relancer la civilisation disparue depuis des milliers d’années. Mais une fois réveillé, Robert découvre que son épouse, June n’est pas arrivée à la même époque que lui. Premier coup dur qui va le faire basculer dans une forme de folie croissante…

    La thématique du “dernier homme sur Terre” n’est pas nouvelle. Ici, l’évolution psychologique de Robert est en tout cas bien amené, tout comme celle de ses cyborgs. Et le propos des deux auteurs argentins (qui s’étaient déjà retrouvés pour Diagnostics, qui évoquait aussi les troubles mentaux) est ambitieux, décrivant comment une expérience et une vision purement humanistes basculent dans un délire de colonisation et une ambition démiurgique.

    Graphiquement, Lucas Varela reprend un peu le style des personnages de son Jour le plus long du futur. Et sa ligne claire stylisée et épurée, valorisée par une bichromie rouge et noire, faisant songer  à Brüno, est parfaitement maîtrisée sur toute la longueur (longue de près de 150 pages) du récit. Une histoire qui distille également ses rebondissements et son lot de surprise jusqu’à une conclusion qui s’impose comme une évidence. Et une deuxième “vision” qui, à défaut d’être optimiste, est réussie.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Des Papiers nickelés toujours nickel

    Dédiée à “l’image populaire” sous toutes ces formes, la revue Papiers nickelés fête son ...

    Minnie dans les neiges éternelles de Cosey

     Minnie Mouse, le Secret de Miranda, Cosey. Editions Glénat, collection Mickey Mouse créations originales, ...

    Destins parallèles et amours croisés

    Destins parallèles, elle – lui, tome(s) 1, Daisuke Imai (scénario et dessin). Editions Komikku, ...

    Un “Charlie” au jour le jour

    Daily Charlie est une initiative spontanée d’un internaute. Chaque jour, il présente une “une” ...

    Prokon et profond à la fois

    Prokon, Peter Haars. Editions Matière, 64 pages, 13 euros. Produire et consommer. Produire ce ...

    Mapple squares, bonbons sanglants

    Mapple squares, Doggybags one shot, David Hasteda (scénario), Ludovic Chesnot (dessin). Editions Ankama, Label 619, 160 ...