Kebek, Philippe Gauckler. Editions Daniel Maghen, 88 pages, 19,50 euros.

    Tout a commencé par une découverte involontaire dans une mine de diamant du nord du Québec. Un incident sismique provoque un effondrement de terrain, dévoilant une faille dans la roche. Et, à l’intérieur de celle-ci, le responsable du site, Roy Koks vont découvrir une gigantesque sphère de diamant noir. D’où vient-elle ? Que protège-t-elle ? Des questionnements d’autant plus angoissants que la caverne contient aussi des peintures rupestres étonnantes évoquant deux cocons à l’intérieur de la sphère pourtant aujourd’hui parfaitement opaque…

    En tout cas, cette découverte va être à l’origine de bouleversements qui vont profondément transformer la vie de Roy Koks, de celle de sa petite amie indienne et, plus généralement, de l’ensemble du pays, plongé des mois plus tard dans le chaos complet.

    Les fans de René Barjavel reconnaîtront peut-être là des similitudes avec La nuit des temps, l’un des ouvrages les plus connus de ce précurseur de la science-fiction à la française. Philippe Gauckler ne s’en cache nullement. C’était même pour lui un “rêve de gosse” que d’adapter ce roman (comme il l’expliquait au magazine dBD). Il s’en distancie néanmoins, en transposant géographiquement l’histoire de l’Antarctique au Canada, en recentrant son propos sur l’histoire d’amour improbable au coeur du roman et en l’ancrant dans le réalisme d’un thriller contemporain… voire légèrement d’anticipation.

    Car, la grande réussite de ce premier tome (d’une histoire prévue en deux épisodes) est de gérer avec une grande habilité les différentes strates temporelles du récit.
    Après une première planche dans un présent apaisé mais intrigant, Gauckler plonge son héros dans deux, voire trois, flash-back parallèles, dans un passé encore indéterminé: tout d’abord, une séquence choc avec son personnage de Roy Koks entre la vie et la mort, blessé par une flèche, glissant dans une première ellipse vers un temps postérieur ou Koks doit raconter précisément la chronologie des événements qu’il a vécu, dans un Québec à l’ambiance post-apocalyptique en état de guerre civile ; des événements que l’on découvrira ensuite au même rythme que le héros.

    Cet enchâssement, brillamment maîtrisé, crée un suspens haletant maintenu tout au long des 80 pages de ce premier tome. Et la mise en scène est tout aussi impressionnante, dans un style réaliste élégant, tout en couleurs directes, donnant une atmosphère très particulière à cette histoire étonnante. Une approche qui s’enrichit, ponctuellement, de doubles pages spectaculaires, rythmant et relançant le récit.

    Comme on pouvait s’y attendre, ce premier volet s’achève sur la révélation du contenu de la sphère, climax parfait pour attendre la suite des révélations sur cette découverte stupéfiante. Et restituée ici à la hauteur de l’événement.

    Comme toujours avec les albums de chez Daniel Maghen, un dossier graphique conclut l’album, permettant d’apprécier quelques dessins originaux pleine page et des esquisses.

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Glénat, cinquante ans d’histoires de la BD

    Les éditions Jacques Glénat célèbrent cette année leur cinquante ans. Occasion d’un premier ouvrage ...

    Un Méta-Baron de plus en plus fort

    Méta-Baron, tome 4: Simak, le transhumain, Jerry Frissen (scénario), Niko Henrichon (dessin). Editions Humanoïdes ...

    Les dessous pas nets du Japon

    Otaku blue, tome 1 : Tokyo underground, Marazano, Kerfriden, éditions Dargaud, 56 pages, 13,99 ...

    Quinze albums en lice pour le prix Artémisia 2020

    Depuis treize ans, l’association Artémisia (du nom de l’artiste italienne du XVIIe siècle Artémisia ...

    Rahan est un peu fatigué…

    Rahan: Les fantômes du mont bleu, Jean-François Lécureux, Jean-Luc Sala (scénario), André Cheret (dessin). ...

    Tous pour Hun avec le Club de Dab’s

    Le club des Huns, tome 1: des Huns pitoyables, Dab’s. Editions Bamboo, 48 pages, ...