Le grand jeu continue dans les 5 Terres

      Les 5 terres, tome 3 : l’amour d’un imbécile, David Chauvel (idée originale), Didier Poli (direction artistique), Lewelyn – alias Andoryss, Chauvel, Wong (scénario), Jérôme Lereculey (dessin), Dimitris Martinos (couleurs). Editions Delcourt, 56 pages, 14,95 euros.

    Angleon, la terre des félins, est de nouveau plongée dans le chaos. Après la mort du vieux roi tigre Cyrus, c’est le tout nouveau roi, Hirus, qui est décédé à son tour, tué lors d’une querelle avec son frère Moron, sous les yeux du cadet, le jeune Mederion. Profitant de cette instabilité politique, les lions entendent retrouver la primauté de leur pouvoir passé et reprendre le trône, profitant aussi du fait que Mederion est encore trop jeune, durant quelques semaines, pour pouvoir accéder au trône, laissé en régence à l’Ombre du roi. Tandis que les lions fomentent des troubles, This, le jeune cadet, meurtrier malheureux d’un camarade lors d’un duel se rapproche de Mederion et lui avoue le concours de circonstances qui a fait de lui un cadet.

    Pendant ce temps, d’autres complots – plus inoffensifs – se mettent aussi en place. Astrelia, la fille de Cyrus, enceinte d’un garde lion, s’est enfuie. Et les jeunes adolescents retenus sur Angleon pour symboliser la concorde entre les espèces cherchent eux aussi à quitter la principauté.

    Parvenue au mitan de ce premier cycle des “5 Terres”, la saga imaginée par David Chauvel et produite par un vrai studio d’auteurs conserve tout son rythme. Et ce troisième épisode parvient encore à accentuer les rebondissements tortueux et le machiavélisme des personnages – surtout ceux portant sur eux une innocence angélique et juvénile. En cela, ce récit d’heroïc-fantasy politique (anthropomorphisme à part) s’inscrit bien toujours dans le sillage de Game of Thrones. Et comme dans la fameuse saga de J.R.R. Martin, l’équipe parvient brillamment à mener en parallèle les différentes lignes du récit, sans jamais perdre le lecteur, ni faire baisser l’intensité de l’histoire.

    Le dessin de Jérôme Lereculey, lui, malgré la rapidité de publication, demeure toujours aussi splendide et majestueux. Bref, une super-saga – par son ambition et le nombre de volumes envisagés – mais déjà par la qualité et la perfection de ces brillants débuts.

    Vivement septembre et l’arrivée annoncée, déjà, du quatrième volume.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    De grands enjeux passés en “Revue”

    Le n°3 de la Revue dessinée est parue. Toujours aussi dense et réussi. Avec ...

    Pénélope Bagieu et sa grande Mama

    California Dreamin’, Pénélope Bagieu. Editions Gallimard, 272 pages, 24 euros. ♪♫ All the leaves ...

    Cloué sur place de terreur avec “Seuls”

    Seuls, tome 11: les cloueurs de nuit, Fabien Vehlmann (scénario), Bruno Gazzotti (dessin). Editions ...

    Le Front pop’ vu avec du Recul

    LE RECUL DU FUSIL, t.1: les chambres de Jean-Sébastien Bordas, ed.Quadrants (Soleil), 56 pages, 11,50 ...

    Siné tel qu’en Lui même

    Siné comme chez lui, Siné. Editions Fluide glacial, 152 pages, 24,90 euros. Ce “beau ...