Le jeu du trône avec un poussin bleu

    Poussin-Bleu, tome 2: chacun pour son dieu !, Monsieur le Chien (dessin et scénario), Sagace (scénario), Olivier Théo (couleurs). Editions Fluide glacial, 56 pages, 14,90 euros.

    La quête pour la succession du roi des Dieux rouges se poursuit. Chacun des sept “champions” désignés par les enfants du roi tente vaille que vaille de remplir sa mission, qualificative pour le combat final dans l’arène de Zoloth. Pour l’heure, seuls deux d’entre eu ont réussi.

    Pas, a priori, le plus avantagé, Poussin-Bleu (un petit poussin… bleu, donc) est parvenu pour sa part à retrouver la couronne du roi Kérleven – souffrant juste d’une langue un peu gonflée, suite au traitement prolongé qu’il a dû appliquer à sa Dame Dragon… En route pour les terribles arènes où se jouera la grande baston finale, toujours accompagné de son ami cochon et bénéficiant de la bienveillance de la dragonne, notre héros va avoir maille à partir avec un ogre, “très respecté pour la richesse de la diversité qu’il amène“. Mais ce n’est rien avec ce qui l’attend à Zoloth où il devra notamment affronter le chiot de l’enfer Skrilos (le terrifiant dogue aux yeux rouges de la couverture), le colosse Drouz, Maïsha-Gros-Bras la mère de famille aux yeux de feu ou Drübl (désormais transformé en petit crabe…).

    S’il surprend moins, ce deuxième volet de la quête de Poussin-Bleu séduit toujours autant. Le lecteur appréciera le résumé et l’organigramme des dieux et des champions en page de garde. Parfaite entame pour se plonger dans cette seconde partie qui porte toujours aussi haut le niveau de l’humour absurde, nourri de clins d’oeil multiples. Chacune des épreuves restantes de la “quête préparatoire” s’avère originale et burlesque à souhait. Et l’ensemble – enrichi d’une digression avec l’ogre de Machecoulle – est une fois encore bien maîtrisé narrativement. Quand au combat final, il répond bien à toutes les attentes… et même à celles que l’on attendait pas, avec un jolie façon de faire imploser le genre tout en lui en étant très fidèle.

    On l’aura compris, l’ambiance est nettement plus drôle que dans Game of Thrones, mais ce jeu de trônes-ci a de quoi devenir culte également. Surtout que la saga de Poussin-Bleu semble devoir se poursuivre dans une prochaine aventure. 

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Sur la route… de l’horreur

    Severed, destins mutilés, Scott Snyder, Scott Tuft, Attila Futaki, éditions Urban Comics (coll. Indies), ...

    Will et Spirou, histoires courtes d’un auteur discret

    Will dans Spirou, 1963/1997, Will. Editions Dupuis, 144 pages, 24 euros Pour avoir repris ...

    Zlatan, royal

    Zlatan Style: tome 3: pays de m… (censuré), Daniel Fernandes, Edmond Tourriol, Ben KG, ...

    Zaroff, saignant à point

     Zaroff, Sylvain Runberg (scénario), François Miville-Deschênes (dessin). Editions Le Lombard / coll. Signé, 88 ...

    Tel Aviv sur le vif

    K.O. à Tel Aviv 2, Asaf Hanuka. Editions Steinkis, 96 pages, 16,95 euros. Alors ...

    Comme c’est Bouzard…

    Moi, BouzarD, Guillaume Bouzard, éditions Fluide glacial, 64 pages, 14 euros. Vous avez dit ...