Le jour des Muertos-vivants

     Muertos, Pierre Place. Editions Glénat, 150 pages, 23,50 euros.

    Découvert avec jubilation avec ses “Zapatistas” dans la défunte revue culte Aaarg ! puis en album (apparemment lui aussi indisponible), Pierre Place était réapparu sur le macadam banlieusard plus contemporain avec son complice Pierrick Starsky (désormais directeur de collection chez Glénat).
    Il fait de nouveau revivre ici le Mexique du début du XXe siècle. Avec cette fois en lieu et place des révolutionnaires de Zapata et Pancho Villa une armée de calaveras, mort-vivants écorchés du folklore mexicain qui s’en prennent brusquement à une hacienda.

    Le bel ordonnancement des classes sociales, entre les bourgeois, leurs contremaîtres et leurs serviteurs va vite être bousculé. Les survivants du premier assaut se réfugient dans un hangar, parviennent tant bien que mal à s’entasser sur une voiture, un camion et quelques chevaux et à s’enfuir. Mais c’est le début d’une longue poursuite où les caractères de chacun vont se révéler – de la jeune fille de maison aux idées progressistes, Luz, jusqu’au macho et inquiétant Pancho, en passant par le falot père de Luz ou d’Emiliano, le poète amoureux de cette dernière… Et pas forcément toujours en bien.

    Cent cinquante pages d’un western latino mixé avec la Nuit des morts-vivants de George Romero qui se lisent d’une traite ! Pierre Place insuffle en effet à son récit un rythme effréné, en fait une cavalcade haletante et séduit par son dessin, réaliste et détaillé, mais aussi très expressionniste, avec son traitement en un noir et blanc lumineux qui faisait déjà l’attrait de Zapatistas.

    Et derrière le récit de pure aventure, ponctué d’un nombre de morts assez hallucinant, c’est aussi un bel exercice de critique sociale qu’il esquisse. Jamais pontifiant ou dogmatique, mais subtilement instillé à travers les rapports qu’entretiennent, même au au coeur de l’enfer, les maîtres et leurs serviteurs. Quant aux calaveras, si leur surgissement et le déferlement de violence qu’ils provoquent apparaît incompréhensible – et le restera longtemps – il s’inscrit bien dans une forme de révolte sociale et comme la revanche des péones et des indiens exploités dans les haciendas. Une sombre vengeance radicale. A ce titre, Muertos s’inscrit d’ailleurs dans la tradition de Romero et de ses zombies, reflet de la contestation de la société en place.

    Bref, un jour des Muertos-vivants jubilatoire et jouissif à souhait, à prendre avec le sourire qui s’affiche dans la (superbe) couverture.

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    1
    J'AIMEJ'AIME
    1
    WOUAHWOUAH
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Retour en enfance réussi de Nicolas Dumontheuil

     Pas de pitié pour les indiens, Nicolas Dumontheuil. Editions Futuropolis, 96 pages, 19 euros. ...

    Luz redonne son axe aux Misfits et met Marilyn Monroe en colère

    Hollywood menteur, Luz. Editions Futuropolis, 112 pages, 19 euros. C’est un livre né d’une ...

    Inceste d’émotion

    L’indivision, Zidrou (scénario), Benoît Springer (dessin). Editions Futuropolis, 64 pages, 15 euros. Zidrou a ...

    “Florida” entré dans les Cases d’histoire

    Le site de bandes dessinées historiques en ligne Cases d’histoire vient de décerner son ...

    Au plus noir de la Centrafrique

    Maison sans fenêtres, Didier Kassaï (scénario et dessins), Marc Ellison (photo). Editions La Boîte ...

    Le clan des 7 va frapper

    Sept clones. Scénario : Louis. Dessin : Stéphane De Caneva. Editions Delcourt, 62 pages, ...