Le retour de “Métal hurlant”, ultra-réel l’an prochain

    Métal hurlant va reparaître. Sous les auspices de Vincent Bernière et Ugo Bienvenu. 

    Le visuel accompagnant le communiqué de lancement, signé Ugo Bienvenu.

    Métal hurlant va bientôt pousser un second cri. La revue mythique de Jean-Pierre Dionnet et Philippe Manoeuvre, apparue comme un OVNI dans les années 1970 et morte en 1987, avait marqué de son emprise l’essor de la nouvelle bande dessinée française, avant de décliner et de sombrer dans les sinistres années 80 (sur l’histoire de la revue, on peut relire avec profit et un intérêt intact Métal hurlant 1975/1987 de Gilles Poussin et Christian Marmonnier). Mais, arrêtons la nostalgie: le retour de “la machine à rêver” est annoncé pour l’an prochain.

    Aux commandes de ce nouveau vaisseau éditorial: Vincent Bernière, journaliste et auteur déjà de la relance très réussie (éditorialement parlant en tout cas) des Cahiers de la BD et du lancement des éditions Revival, aux rééditions pas inintéressantes non plus, associé avec Fabrice Giger, patron des Humanoïdes Associés, toujours propriétaires de la marque “Métal hurlant”.

    A la rédaction en chef, c’est Nicolas Tellop (de la nouvelle équipe des Cahiers de la BD) qui va s’assoir dans le fauteuil jadis occupé par Philippe Manoeuvre. Autour de lui, le comité de rédaction annoncé comprendrait l’écrivaine et scénariste Sabrina Calvo, l’éditrice des Humanos Cécile Chabraud. Avec eux, surtout, deux auteurs déjà très réputés en matière de bande dessinée de science-fiction : Jerry Frissen, tout d’abord, qui a repris, de belle manière la série des aventures du Méta-Baron, de Jodorowsky (très “Métal hurlant” donc). Ugo Bienvenu, ensuite, qui s’est fait un nom et s’est imposé en deux albums au ton très personnel, Paiement accepté et, plus encore, Préférence système.

    Ce dernier préfigure aussi l’esprit de ce nouveau Métal hurlant. Plus froid, clinique et techno, moins délirant et fantasque sans doute que son ancêtre post-soixante-huitard, mais c’est l’époque qui veut ça. Le premier numéro de la nouvelle revue sera en effet un hors série dédié à “l’un des genres proéminent de la science- fiction moderne : le near near future ou anticipation proche“. Pas de vaisseaux interstellaires, de guerre des étoiles, de space opera ni de fantasy musclée (ni de guerrières aux poitrines opulentes ?), mais des variations sur l’anticipation proche. “Ni avant ni après, ni noir ni blanc, ni mauvais ni bon, mais réel. Ultra-réel“, assure le communiqué de presse de lancement.

    Ultra-réel au premier semestre de l’an prochain donc.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    L’Atomium et l’Expo 58 avec le Sourire

    Sourire 58, Patrick Weber (scénario), Baudoin Deville (dessin). Editions Anspach, 64 pages, 14,50 euros. ...

    Très moderne et fantaisiste Olympia

    Moderne Olympia, Catherine Meurisse. Editions Futuropolis, 72 pages, 17 euros. Après le Louvre (et ...

    Pas de deux sans trois

    Pas de deux, Delphine Cuveele (scénario), Dawid (dessin). Editions de la Gouttière, 40 pages, ...

    Siné mensuel toujours debout

    L’annonce du décès de Siné, ce jeudi a différé l’habituelle évocation du contenu de ...

    Politis et Fakir se dessinent bien

    Complété Joli “Une” pour Politis cette semaine. Pour son numéro estival (qui restera en ...