Le Suaire : quand la religion n’est pas de bonne foi

    Le Suaire, premier tome: Lirey, 1357, Gérard Mordillat et Jérôme Prieur (scénario), Eric Liberge (dessin). Editions Futuropolis, 80 pages, 17 euros.

    La religion n’est pas toujours de bonne foi. Surtout quand il s’agit de susciter la crédulité des masses et lui extorquer de quoi finir de bâtir une abbatiale… C’est la trame de fond de ce premier chapitre d’une trilogie à venir sur le “Saint Suaire”.

    Pour l’instant, c’est en Champagne, en 1357, que l’histoire débute. Une histoire plurielle. Henri, l’évêque de Troyes, secrètement amoureux de sa cousine Lucie, va tenter de la persuader de renoncer à ses voeux religieux au profit d’un mariage d’intérêt. Pendant ce temps, les moines de Lirey constatent qu’ils n’ont plus les moyens de bâtir leur abbatiale. Malgré le morceau de croix du Christ soit-disant ramené de Jérusalem, les dons n’affluent plus en cette période de disette et de peste noire. Il faut frapper plus fort. Le prieur de la communauté, Thomas Merlin a alors l’idée de créer de toute pièce une relique unique, à partir de linges ramenés de Palestine et du talent de Lucie à manier poudres et onguents. Et dans l’idée que “dès le moment où le peuple les adore avec ferveur… Je dis qu’elles (ces reliques) n’en sont pas moins saintes“. Personne n’en sortira indemne, mais le mythe, lui, survivra.

    Voilà deux ans, dans Stupor Mundi, Néjib avait imaginé une origine rationnelle – et déjà médiévale – au Saint Suaire. Aucune interrogation non plus ici sur la nature du fameux “Saint Suaire” dit de Turin. Auteurs d’enquêtes magistrales sur l’origine du christianisme – comme Corpus Christi ou l’Apocalypse – Gérard Mordillat et Jérôme Prieur s’appuient sur les principales recherches scientifiques sur la question, qui s’accordent à y voir un tissu datant du XIVe siècle. Mais c’est moins le suaire en tant que tel (malgré le titre de la série) qui est au coeur de l’intrigue que le marché des reliques, la manipulation des foules et les postures religieuses des uns et des autres vis-à-vis de leurs tourments très humains. Bref, comme dans leurs séries précédentes, une approche très politique et pragmatique.
    Eric Liberge restitue avec force cette fresque épique, dans un style réaliste fin et expressif, porté par des planches en noir et blanc étincelantes, rehaussé de lavis gris, dans un traitement un peu similaire à sa série Mardi-Gras Descendres. Une image saisissante et marquante du monde médiéval. Et un récit appelé donc à traverser les siècles des siècles. Amen.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    1
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Airboy, super-héros planant

    Airboy, James Robinson (scénario), Greg Hinkle (dessin). Editions Jungle, 120 pages, 17 euros. Après ...

    L’attentat qui a fait 18 millions de morts, vu des deux côtés de la gâchette

    François-Ferdinand, la mort vous attend à Sarajevo, Jean-Yves Le Naour, Chandre. Editions Grand Angle ...

    Mister Tibet

    Mystères, une biographie en images, Vincent Odin, Editions Daniel Maghen, 364 pages. 59 euros. ...

    Quatre couleurs et de belles sensations

    Quatre couleurs, Blaise Guinin, éditions Vraoum, 144 pages, 16 euros. Qui n’a pas griffonné ...

    Epiphanie boréale avec des renards pendus

    La forêt des renards pendus, Nicolas Dumontheuil, d’après le roman d’Arto Paasilinna. Editions Futuropolis, ...