Les agressions de Pompiers, ce n’est pas drôle

     Les Pompiers, tome 20: Sauve qui peut, Cazenove (scénariste), Stédo (dessin).Christian Favrelle (couleurs). Editions Bamboo, 48 pages, 10,95 euros.

    L’idée-force de ce vingtième tome des célèbres Pompiers est clairement annoncée. Il s’agit de « combattre le feu ardent de l’imbécilité ». Celle de ceux qui trouvent amusant de s’en prendre aux soldats du feu en opération ou qui, pire encore, en viennent à carrément organiser des guets-apens contre les pompiers.

    C’est cette réalité qu’une jeune journaliste entreprend de découvrir et de raconter, après avoir réussi à se faire adopter par la caserne (… ayant, elle aussi, reçu un vieux four sur le capot de sa voiture, depuis la terrasse d’un immeuble d’un quartier voisin).

    Ainsi, elle pourra enregistrer qu’il n’y a plus un seul pompier en France qui ne se soit pas fait agresser, le dernier en date, traumatisé, venant de recevoir son lot de cailloux. Intervention sur un feu de poubelle à laquelle on a accolé un scooter portant une bonbonne de gaz, dépôt de plainte (sans suite) pour une machine à laver en plein sur la camionnette de secours, jets de télécommande une fois tous les téléviseurs épuisés, voire petite sortie « calme », avec uniquement des jets de chaussures ou de bouteilles sans cocktail molotov ni tirs de mortiers, tel est donc le quotidien des pompiers d’aujourd’hui.

    Cela ne découragera pas la jeune reporter, qui se découvrira même une nouvelle vocation à l’issue de cette immersion, complétée, en fin d’album par un petit dossier rappelant les raisons d’être des pompiers et les nouveaux risques et dangers auxquels ils sont confrontés

    Difficile de ne pas partager l’engagement de cet album un peu particulier, alternant planches uniques et histoires courtes. Mais si d’habitude les gags de cette série se montrent gentiment drôles, ils sont surtout très poussifs ici. Difficile, bien sûr, de rire – ou de faire rire – avec une telle thématique et la volonté affirmée de susciter une prise de conscience sur le phénomène.

    Pas franchement drôle donc, ce Sauve qui peut réussit au moins à traiter son sujet avec le style graphique comique et caricatural habituel.

    Si on ne fait pas de bonnes histoires avec de bons sentiments, au moins peut on espérer que cet album aura une vocation pédagogique, à l’intention du jeune public.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Les passions s’exacerbent dans les deux mondes

    Le Grand Mort, tome 4 : Sombre, Régis Loisel, Jean-Blaise Djian, Vincent Mallié, éditions ...

    Le grand chambardement

    La Guerre des Amants – Tome 1 ; Rouge Révolution, Jack Manini & Olivier Mangin. Editions ...

    Les bonnes raisons d’acheter “Charlie Hebdo”

    Le “Charlie Hebdo des survivants” s’arrache en kiosques. Les premiers arrivages sont vite épuisés. ...

    Chronique d’une liquidation pas si ordinaire

    Johnson m’a tuer, Louis Theillier, éditions Futuropolis, 96 pages, 18 euros. Avant, les conflits ...

    En BD : l’argent et l’amour, recette du succès !

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis ! 0J'AIME0J'ADORE0Haha0WOUAH0SUPER !0TRISTE0GrrrrMerci !