Jacques Abeille et François Schuiten se retrouvent bien autour des Mers perdues


    LES MERS PERDUES de Jacques Abeille et François Schuiten, éd. Attila, 96 pages, 23 euros.

    Au premier abord, c’est un album de bandes dessinées – dont il a le format et le cartonnage souple. En l’ouvrant, on découvre un roman (ou une longue nouvelle) de quelque 80 pages de texte, magistralement illustré d’esquisses et de dessins pleine page. Bref, un vrai “roman graphique”. Et un ouvrage fantastique à tous les sens du terme.
    La fascination et l’envoûtement que procure la lecture de ces Mers perdues, tiennent d’ailleurs autant au récit qu’à la manière dont ce livre a été réalisé.

    Faits pour se rencontrer

    Jacques Abeille (nourri de surréalisme, avec un univers rejoignant celui d’un Julien Gracq ou du fantastique belge) et François Schuiten (auteur du célèbre cycle des Cités obscures) semblaient faits pour se croiser tant leurs oeuvres présentent d’étonnantes similitudes. Leur rencontre, récente, s’est pourtant faite, elle aussi de façon particulière.
    Sollicité, début 2010 par les jeunes (et talentueuses) éditions Attila pour illustrer la couverture d’une réédition du roman maudit d’Abeille les Jardins statutaires, le dessinateur y trouve des ressemblances singulières avec une série inédite de ses dessins, qui, transmis à l’écrivain, vont inspirer cet album de très belle facture (mise en page très soignée, beau papier, style délicieusement rétro).

    Né de ce va-et-vient créatif, le présent ouvrage se présente désormais comme un prologue postdaté au précédent ouvrage. Un décalage de l’espace-temps bien dans l’esprit des Cités obscures dont ces Mers perdues semblent aborder un nouveau rivage, une nouvelle région encore vierge.

    Expédition et quête existentielle

    C’est d’ailleurs d’une exploration qu’il est question. Un milliardaire recrute pour une expédition dans une terre inconnue une jeune géologue, un dessinateur, un écrivain et leur guide. Un étrange attelage au but tout aussi mystérieux que les contrées qu’ils vont traverser. Ils vont découvrir un gigantesque site industriel à l’abandon, une ville fantôme surgie des sables, auréolée de géants de pierre, hiérolithes humanoïdes-animaliers comme poussés du sol. Plus ils s’enfonceront dans ce paysage urbain abandonné et plus s’imposeront les vestiges d’une lutte entre les forces de la nature et la volonté de domination de l’homme. Et plus l’expédition évoluera vers une quête existentielle aux relents fantastiques dans un environnement mouvant.
    Rédigé – dans un style somptueux – comme un échange épistolaire, le livre reflète parfaitement l’osmose entre l’écrivain et le dessinateur. Abeille prétant sa plume au poète narrateur du récit, tout comme Schuiten se fait dessinateur de l’expédition.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    C’est pour de rire !

    Les profs, tome 16, 1, 2, 3, rentrée, Erroc, Mauricet, Pica. Editions Bamboo, 48 ...

    Chroniques guerrières

    Géronimo de Matz et Jef, edition Rue de Sèvres, 120 pages 18 euros C’est ...

    La soif de l’or

    L’or des fous, tome 1 : l’expédition, Di Gorgio, Olivares. Editions Soleil, 48 pages, ...

    Cafardman, en vert et contre tout… sauf la rigolade

    Cafardman, l’Abbé. Aaarg! Editions, 94 pages, 17,50 euros. Dans ce futur proche, dévasté par ...

    Le talent d’Achille

    Les impétueuses tribulations d’Achille Talon, tome 1: Achille Talon est un homme moderne, Fabcaro ...

    Ah, ça lira !

    Ah, ça ira ! tome 1: le pain et la poudre, Jean-David Morvan (scénario), ...