Un grand album intemporel

    LES DERNIERS JOURS D’UN IMMORTEL, Gwen de Bonneval et Fabien Vehlmann, éd. Futuropolis, 152 pages, 20 euros.

    L’éternité c’est long, surtout vers la fin“. Cet aphorisme de Woody Allen résume bien le sentiment de lassitude du héros mélancolique des Derniers jours d’un immortel, stimulant album de SF qui vient de paraître chez Futuropolis

    En ce lointain avenir, si l’angoisse de la mort a disparu, c’est au détriment de la mémoire. Chaque homme a la possibilité, grâce à des transmutations, de voir son esprit renaître à volonté dans d’autres corps (ses « échos »), mais en perdant à chaque fois quelques bribes de passé, comme une vieille K7 trop souvent réenregistrée qui se démagnétise. C’est pourquoi Elijah en vient à ne plus utiliser ses échos… Avant cela, on aura suivi ce médiateur de la police philosophique résoudre plusieurs énigmes aux confins de l’espace.

    Ambiance SF classique

    Dans une ambiance renvoyant à la SF américaine classique à la Isaac Asimov, sentiment renforcé par le dessin dépouillé et subtilement rétro de Gwen de Bonneval, cet album s’avère une vraie réussite, démontrant qu’on peut parler en BD de sujets aussi forts que la mort ou l’altérité, avec une réelle ambition, dans une ambiance poétique et non dénuée d’humour.

    Quant à Fabien Vehlmann (scénariste des séries IAN et Seuls – le 6e paraît en juin ou des nouvelles aventures de Spirou), après le superbe travail réalisé pour le cruel et candide Jolies ténèbres avec Kerascoët, il démontre joliment une nouvelle facette de son talent de conteur.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    L’histoire du chevalier La Barre en picard et en bande dessinée

    Le 250e anniversaire de la mort du Chevalier La Barre (décapité le 1er juillet ...

    Infection mortelle (ou pas)

    Infection, tome 1, Toru Oikawa. Editions Delcourt-Tonkam, 192 pages, 7,99 euros. Sendai (Japon), de ...

    Airboy, super-héros planant

    Airboy, James Robinson (scénario), Greg Hinkle (dessin). Editions Jungle, 120 pages, 17 euros. Après ...

    Encore de l’heroïc-fantaisie avec Poussin-Bleu

    Poussin-Bleu, tome 1: l’armure d’or, Monsieur le Chien. Editions Fluide glacial, 56 pages, 14,90 ...

    Partie de chasse à Pripyat

    Les chiens de Pripyat, tome 1: Saint-Christophe, Aurélien Ducoudray (scénario), Christophe Alliel (dessin). Editions ...

    Ces très chères élites

    Chères élites, James (scénario), François Ravard (dessin). Editions Fluide glacial, 56 pages, 14,50 euros. ...