6 juin 1944, Commando anglais au Jour J

    Commando de la Seconde Guerre mondiale, Jour J: à l’assaut de la forteresse Europe. Editions Pierre de Taillac, 780 pages, 19,90 euros.

    En ce jour anniversaire du débarquement en Normandie, faisons un petit saut avec les commandos britanniques, lâchés en éclaireurs derrière les lignes ennemies les jours précédant le 6 juin 1944 pour détruire les cibles stratégiques sur la côte normande.

    La première mission emmène ainsi un groupe détruire une station-radar. Mais l’intégration au commando d’un expert en explosifs inexpérimenté sur le terrain va créer des tensions, avant que son attitude héroïque ne les fasse changer d’avis. La seconde équipée vise à détruire une batterie de canons géante, opération prétexte à évoquer, en flash-back, les profils des jeunes recrues (un étudiant en perpétuel échec, un mineur claustrophobe, un garçon de ferme incapable de tuer un animal, un commis boucher distrait, etc.) ; des soldats inexpérimentés qui vont s’accomplir et se dépasser dans leur mission.
    D’autres histoires mettent aussi en scène des parachutistes américains, sautant le 4 juin, de manière anticipée, sous la direction d’un capitaine malade. On croisera aussi un sergent britannique, ex-champion de boxe, qui cherche à prendre sa revanche contre un boxeur allemand, de jeunes enfants de troupe qui vont s’immiscer parmi les troupes aéroportées du Débarquement, etc.

    Cette anthologie regroupe douze épisodes consacrés au “Jour J”, sélectionnés parmi les nombreuses histoires de guerre publiées dans le “pocket magazine” Commando, lancé en 1961. En format poche, donc, les récits sont composés avec deux, ou maximum trois cases par page.

    Ici, l’héroïsme et l’aventure vont de pair. Tout aussi rocambolesques, l’un que l’autre.
    En noir et blanc, dans un style réaliste viril qui varie peu d’une histoire à l’autre, les récits, justement, glorifient l’abnégation et le courage des soldats, qui tous, à leur manière, savent combattre leurs faiblesses et se surpasser dans le combat. Une épopée à la gloire des troupes alliées sans faille, donc. Avec ce que cela peut avoir de militariste et de martial un peu bas du front. Mais c’est un peu le but de ces comics. Et il faut au moins constater la variété des approches à défaut d’un certain recul ou d’une vision moins manichéenne, comme peut l’être, par exemple, Johnny Red de Tom Tully et Joe Colquhoun (dont le troisième volume vient de sortir – on en reparle bientôt), sans même parler de La Grande Guerre de Charlie, du même Joe Colquhoun et de Pat Mills à l’antimilitarisme clairement affiché.

    Si l’édition de ce gros volume s’accompagne d’une préface experte de Jean-Marc Lainé, il est dommage que les auteurs des différentes histoires ne soient jamais mentionnés. D’autant que des futurs grands noms comme Jordi Bernet, Dino Battaglia ou même Hugo Pratt ont oeuvré pour Commando au fil des ans.

    En tout cas, ces récits de guerre “à l’ancienne”, ont aussi valeur patrimoniale. Et, à ce titre, l’initiative des éditions Pierre de Taillac (dont l’objet est d’évoquer “l’histoire militaire autrement”) est pleinement à saluer, avec qui plus est un format et un papier qui rappellent le “pulp” originel.
    Pour les fans, deux autres anthologies, plus réduites, ont été publiées, réunissant les “trois meilleures histoires sur les armes secrètes” d’une part et les “trois meilleures histoires sur les opérations spéciales“, d’autres part du vénérable comic book britannique.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Voyage dans la terre, au milieu

    Aslak, tome 2 : le mât du milieu, Hub, Weytens, Michalak, éditions Delcourt, 48 ...

    Un oiseau de bon augure

    LE PERROQUET DES BATIGNOLES, t.1 : l’énigmatique monsieur Schmutz, de Stanislas, Tardi et Michel ...

    Cène de ménage autour de Jésus

    Un jour sans Jésus, livre II/VI, Nicolas Juncker (scénario), Chico Pacheco (dessin). Editions Vents ...

    Carnets de déroute : Tardi raconte Tardi

    Moi, René Tardi, Prisonnier de guerre – stalag IIB, tome 1. Jacques Tardi, éditions ...

    La Guerre des amants : tableau final

    La Guerre des amants, tome 3: jaune Berlin, Jack Manini (scénario), Olivier Mangin (dessin). ...

    Un livres d’histoires

    Une histoire qui... , Gilles Bachelet, Seuil Jeunesse, 32 pages, 13,90 euros. Une histoire ...