A la découverte des Elfes d’Arran

    Elfes, tome 1: le crystal des elfes bleus, Jean-Luc Istin, Kyko Duarte, éditions Soleil, 56 pages, 14,30 euros.

    C’est au tour de Soleil de se lancer dans la “série concept”, avec des récits parallèles s’inscrivant dans un monde commun, de multiples auteurs et un rythme de parution accéléré. Avec Elfes, impulsée par Jean-Luc Istin (qui signe ce premier volume) et Nicolas Jarry, la maison d’édition reste dans son style fétiche de la série d’heroïc fantasy, mais avec, donc, une approche se voulant plus conceptuelle.
    En l’occurrence, cinq récits (pour autant de scénaristes et de dessinateurs) se déroulant dans le monde d’Arran, monde ou cohabitent des hommes et cinq races d’elfes, que l’on apprendra à connaître au fil des chapitres de la série, programmée pour des parutions jusqu’en janvier 2014.

    Ce premier épisode, se déroulant au Nodrëm, la partie la plus septentrional de cette terre, est consacré aux elfes bleus. Vivant dans les archipels glacés du grand nord et leur cité-île d’Elsémur, ceux-ci ont des relations conflictuelles avec les hommes du clan d’Yrlanais. Et la situation est particulièrement tendue. Lanawyn, une elfe bleue, et Turin, un chasseur humain viennent en effet de découvrir que tous les elfes d’une petite cité portuaire ont été massacrés. Et tout semble accuser ceux d’Yrlanais. Pendant ce temps, une jeune elfe, Vaalan va passer l’épreuve de l’eau des sens, qui lui permettra peut-être de contrôler le crystal qui lui donnerait le pouvoir de contrôler l’océan. Ces deux intrigues évoluent en parallèle avant de converger – dans un épilogue un peu trop hâtif – entre quête initiatique et récit d’enquête.

    Dense, mais bien rythmée, le scénario de Jean-Luc Istin tient bien les deux dimensions du récit, également bien restitué par le dessin semi-réaliste de Kyko Duarte. Un bon album d’héroïc-fantasy, dont la conclusion – classique – ne déçoit pas. Mais en entrant directement – très directement – dans l’intrigue, on ne saisit pas forcément la dimension globale de cet univers. Les prochains albums – dont le tome 2, l’Honneur des elfes sylvains, sort en mai – permettront peut-être de lui donner toute sa cohérence et sa consistance.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Francorchamps, un circuit mythique

    Dossier Michel Vaillant : Spa Francorchamps. Editions Dupuis. 124 pages. 20,50 euros. Ce n’est ...

    La journée de la Femen

    Journal d’une Femen, Michel Dufranne (scénario), Séverine Lefebvre (dessin). Editions Le Lombard, 128 pages, ...

    La nuit à Rome qui peut tout changer

      Une Nuit à Rome, livre 2, par Jim. Editions Bamboo, collection Grand angle ...

    Trondheim et Vatine vers l’Infinity et au-delà !

    Infinity 8, comics 1,2,3: Romance et maccabées, Lewis Trondheim et Zep (scénario), Dominique Bertail ...

    La bonne vie de Bonneval

    Bonneval Pacha, tome 1 : L’insoumis, Bonneval, Micol. Editions Dargaud, 56 pages, 13,99 euros. Plus ...

    Île était une fois, Groix

    Insulaires, Prosperi Buri. Editions Warum, 104 pages, 18 euros. Tout le monde n’a pas ...