A Whitechapel, la magie opère toujours

    CouvertureLe magicien de Whitechapel, acte 2: vivre pour l’éternité, Benn. Editions Dargaud, 64 pages, 15,99 euros.

    Toujours aussi surprenant, ce magicien né l’an passé sous la plume de Benn. Jerrold Piccobello, désormais convaincu de la réalité de son immortalité et du pacte contracté avec le diable, se voit révéler d’autres astuces diaboliques, comme ces “raccourcis” bien pratiques qui relient entre eux les cimetières. C’est en usant de l’un d’eux qu’il arrive à Paris, où il va trouver sa complice, Céleste, entraîneuse dans un restaurant et pickpocket à l’occasion.

    De retour à Londres, Jerrold se voit enfin reconnu et même invité à présenter un numéro de magie pour le jubilé de la reine Victoria. De quoi lui rendre toute sa splendeur passée. Avant cela, le magicien entend bien profiter de son nouveau pouvoir pour faire payer l’assassin de son ami Virgill. Et le diable, “le rabouin”, pour se faire pardonner une mauvaise plaisanterie, propose de l’accueillir en enfer – très charnel – pour qu’il prépare son numéro…

    Etonnante série que ce Magicien de Whitechapel. Abandonnant l’aspect gothique et le style de roman social du premier tome, le récit bascule sans retenue cette fois dans le fantastique fantaisiste et installe ses personnages récurrents. L’intrigue ne manque pas de rebondissements ni d’humour, dans les dialogues ou la mise en scène (voire la “mise en cène”, comme dans une très jolie planche). En tout cas, on marche à ces tours d’illusionnistes. En attendant le troisième et dernier acte de cette tragicomédie bien enlevée.

    Magicien Whitechapel 2_planche

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    La terrible croisade des enfants

     La croisade des innocents, Chloé Cruchaudet. Editions Soleil, collection Noctambule, 176 pages, 19,99 euros. ...

    Rouen comme Seine du crime avec Michel Bussi

    Mourir sur Seine, Gaet’s (scénario), Salvo (dessin), d’après le roman de Michel Bussi. Editions ...

    L’été, sexe, alcool et jalousies

    L’été en pente douce, Jean-Christophe Chauzy (dessin), Pierre Pelot (scénario). Fluide Glacial, 18,90 euros. ...

    Edelweiss, une vie à gravir à deux

    Edelweiss, Cédric Mayen (scénario), Lucy Mazel (dessin). Editions Vents d’Ouest, 96 pages, 17,50 euros. ...

    Basculement collectif

    Le jour où ça bascule, collectif. Editions Humanoïdes associés, 132 pages, 21,99 euros. 40 ...