Alter ego, c’est reparti avec des âmes pas si soeurs

    Alter ego, Saison 2, tome 1: Teehu, Lapière et Renders (scénario), Efa et Erbetta (dessin), éditions Dupuis, 64 pages, 12 euros. Parution le 22 novembre.

    La révélation des “alter ego” – découverts dans les sept albums de la “saison 1” – a modifié la perception que l’humanité avait d’elle. Et provoqué de nouveaux clivages, de nouvelles croyances, entre ceux qui croient à cette fusion spirituelle entre certains “jumeaux vitaux”, et ceux qui n’y croient pas. Et, comme d’habitude, les intérêts politiques et économiques, entre autre, vont se confronter et replonger les personnages dans de nouvelles aventures haletantes… On retrouve en effet dans cette nouvelle saison, quelques personnages emblématiques du cycle précedent. Trois ans se sont écoulés, la révélation du “lien des auras” a fait son effet. Zelia, la Colombienne et Noah, le fils du président des Etats-Unis sont désormais ensemble, ayant surpassé leur antagonisme violent, et ils figurent parmi les animateurs d’une communauté spirituelle dans les Canaries, nouvelle utopie basée sur un syncrétisme néo-Bahaï (et néo-baba). A leurs côtés, Tehuu, une jeune métisse aborigène d’Australie, est leur nounou. Celle-ci possède le pouvoir de voir directement l’état des alter ego des personnes qu’elle touche. Un don difficile à supporter. Surtout quand l’image idyllique de la communauté Ridvan Garden’s et son message de tolérance universelle cachent peut-être un tout autre but, bien moins glorieux…

    [youtube]http://youtu.be/t2k6HYRHtis[/youtube]

    Brillante – et bluffante dans sa construction croisée – la série Alter Ego paraissait devoir se clore avec son Ultimatum, septième album en forme d’épilogue et de conclusion. Mais, à l’image d’UWW, la saison 2 s’affiche comme “encore plus complexe“. Au vu du succès éditorial, la suite s’imposait sans doute, économiquement parlant. Dramaturgiquement, ce tome 1 de la saison 2 tient en tout cas bien la route, relançant astucieusement la série sur une voie peut-être plus “classique” (avec trois autres albums à paraître d’ici septembre 2014), mais bien maîtrisée. Et le nouveau personnage de Teehu, tout comme ce nouvel album, trouvent vite leur place dans cette aventure techno-spirituelle.

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    • Vincent Lepage

      Bonsoir En ce qui me concerne j’ai trouvé pertinent ce texte et je suis relativement d’accord avec l’auteur. Je trouve égallement que ces meutres sont affreux et choquants. Je considère qu’il serait l’heure de se battre contre ce genre d’ atteintes contre la liberté d’expression. Je trouve également qu’il est nécessaire dans ce but de re-trouver et faire comprendre pourquoi Charlie c’est nous. C’est pourquoi j’ai monté le site http://facebook.com/le.daily.charlie/. L’idée du site est de prendre de vielles Unes de Charlie Hebdo et de les recontextualiser notamment historiquement, pour permettre même aux plus jeunes de comprendre l’esprit de Charlie.

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    On the Road again sur la Route 66

    Route 66, Georges Abolin. Editions Bamboo, 48 pages, 10,95 euros. Pompiste près du périph’ ...

    Fenêtres sur rue : Rabaté revisite Hitchcock avec Tati

    Fenêtres sur rue, Pascal Rabaté, éditions Noctambule/Soleil, 56 pages, 18,95 euros. “C’est un travail ...

    Top chef à l’ère Sengoku

    Le chef de Nobunaga, 3 tomes parus. Mitsuru Nishimura (scénario), Takuro Kajikawa (dessin). Editions ...

    Atterrissage réussi sur Zarkass

    Piège sur Zarkass, tome 1: une chenille pour deux, Yann, Didier Cassegrain, éditions Ankama, ...

    Un mystère qui ne laisse pas de pierre

      Carnac, de Laurent Bidot, éditions Glénat, 48 pages, 13,50 euros. Carnac. Passage obligé ...

    Du bon temps dans le beau jardin des souvenirs

    Le jardin de minuit, Edith, d’après le roman de Philippa Pearce. Editions Soleil / ...