Avec “Hinomaru sumo”, Kawada envoie du lourd

    hinumaru-sumo_t1_couvHinomaru sumo, tomes 1, 2 et 3, Kawada. Éditions Glénat, 192 pages, 6,90 euros.

    Voilà une série que ne renierait pas un ancien Président de la république française, grand fan devant l’Éternel, de sumo, cet art art martial ancestral japonais. Comme le font souvent les mangakas, le thème sportif abordé dans Hinomaru sumo est disséqué, décomposé, analysé, à travers le parcours d’un lycéen.

    De façon classique (peut-être parce qu’il s’agit de sa première série), Kawada nous fait suivre ici Hinomaru Ushio, passionné de sumo depuis toujours. Le jeune homme poursuit un rêve inaccessible au premier abord : devenir Yokozuna, le grade suprême de cette discipline. Inaccessible car le héro n’a ni la taille (1,60 m) ni le gabarit d’un sumotori, même en devenir. Un physique qui détonne dans ce milieu où les plus grands (et les plus lourds !) font la loi. Qu’importe, Hinomaru compense par une résistance accrue, une maîtrise “diabolique” de ses techniques et une farouche détermination qui font de lui “un trésor national”, terme utilisé au pays du soleil levant désignant les propriétés culturelles et sportives les plus précieuses de la Nation. Pour mener à bien sa quête, Hinomaru rejoint le club de sumo du lycée Ôdachi, parvenant à fédérer autour de lui d’autres passionnés de sumo. Dès le premier tome, le jeune homme enchaîne les tournois, relève les défis, affrontant des adversaires de plus en plus costauds, sans pour autant se détourner de son chemin, ni des valeurs véhiculées par le sumo…

    capture-decran-2016-10-19-a-19-36-33Tout comme on a découvert le jeu de go dans Hikaru no go, la boxe dans Ashita no Joe ou le karaté sous toutes ses formes dans Coq de combat, Hinomaru sumo réussit plutôt bien à lever le voile sur cette discipline méconnue en France même si dans les années 1990 la chaîne Canal+ s’était prise au jeu en diffusant des combats. On se souvient aussi du personnage Honda dans le jeu vidéo Streetfighter, pas franchement sympathique…

    A l’inverse de certains mangas shônen (destiné aux adolescents) ayant pour thème d’autres arts martiaux, les combats dépeints ici sont réalistes. Assez courts dans la durée, comme c’est le cas dans la réalité. Un dessin sobre mais terriblement dynamique surtout quand c’est nécessaire.

    Pour mieux comprendre les spécificités du sumo (et ne pas perdre le lecteur !), Kawada nous abreuve de notes et de fiches explicatives intitulées Le coin des commentateurs. Très pratique car le sumo – les adversaires d’Hinomaru l’apprennent à leurs dépens – regorge de techniques et de rituels qui lui sont propres. Contrairement à tous les autres arts martiaux, il n’y a pas de catégorie de poids. Une spécificité de plus pouvant faire revivre, à chaque combat, le mythe de David et Goliath.

    Désireux de casser les idées reçues (comme l’a fait en son temps Tetsuya Chiba dans Notari Matsutaro), Kawada s’efforce de démontrer que les sumotoris sont des sportifs de haut niveau à part entière, pour qui l’esprit d’équipe ne sont pas de vains mots. Et ça marche, on en oublierait presque qu’ils combattent les fesses à l’air !

    Par Bakhti Zouad

    capture-decran-2016-10-19-a-19-36-15

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    1
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Et pourquoi pas ???

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis ! 0J'AIME0J'ADORE0Haha0WOUAH0SUPER !0TRISTE0GrrrrMerci !

    Lucy, toujours aux sources de notre humanité

     Lucy, l’espoir,  Patrick Norbert (scénario), Tonino Liberatore (dessin et couleur), Yves Coppens (conseil scientifique et ...

    Cène de ménage autour de Jésus

    Un jour sans Jésus, livre II/VI, Nicolas Juncker (scénario), Chico Pacheco (dessin). Editions Vents ...

    L’action Largo Winch finit à la baisse

    Largo Winch, tome 20: 20 secondes, Jean Van Hamme (scénario), Philippe Francq (dessin). Editions ...

    Un avenir en eaux troubles

    Mermaid project, épisode 2, Leo, Corine Jamar, Fred Simon, éditions Dargaud, 48 pages, 13,99 ...