Avec Prométhée, l’approche de la fin justifie les moyens

    Prométhée, tome 10 : dans les ténèbres (2/2). Christophe Bec (scénario), Stefano Raffaele. Editions Soleil, 48 pages, 13,95 euros.

    C’est ce qui s’appelle savoir relancer l’intérêt. En cet automne 2019, il ne reste plus qu’un seul jour avant l’invasion extraterrestre annoncée. Tandis que de mystérieuses navettes survolent différents lieux de la planète, les différents protagonistes croisés dans les albums précédents de la série poursuivent leurs quêtes respectives : le président des Etats-Unis, conspué par l’opinion après la révélation de son projet de ne sauver qu’une élite de la population, n’en poursuit pas moins son opération. Joanne Carpenter poursuit sa tentative d’évasion du site secret d’Alaska, Turan et ses compagnons ne sont pas au bout de leurs surprises, après s’être “passés à travers le miroir”. Le Titanic, qui avait mystérieusement refait surface à New York est retombé, tout aussi étrangement, dans les fonds marins Et, surtout, l’apocalypse promise semble bel et bien avoir commencé : sur toute la Terre, les oiseaux sont frappés d’un mal mortel et instantané. Et un immense blackout électrique plonge progressivement la planète dans les ténèbres (d’où la validation du titre de ce diptyque) et le chaos…

    Après un tome 9 qui semblait se perdre dans les digressions secondaires et les parallèles métaphoriques, ce tome 10 redonne la priorité à l’action et aux effets spectaculaires. Certaines planches y parviennent assurément. Et toute la fin de l’album baigne dans une atmosphère crépusculaire et angoissante. Pour la première fois, l’album fait aussi l’impasse sur les épisodes mythologiques avec Prométhée, replongeant uniquement dans le passé via les (belles) planches inaugurales, qui viennent conforter l’hypothèse d’une intelligence stellaire ayant insufflé la vie sur Terre. Mais l’absence du balancement temporel, qui faisait l’originalité de la série, ne manque pas trop, au vu le rythme haletant de cet épisode et de l’ampleur (planétaire) des phénomènes décrits. Et même si on se perd un petit peu parfois dans les itinéraires des différents personnages (pas aidé par le dessin de Stefano Raffaele, dont la restitution des traits des visages n’est décidément pas la qualité majeure…). Et même si l’issue paraît cette fois bien tracée, le suspense est bien relancé. Une fois encore, la barre est placée haut.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Betty Barnowsky tout terrain

    XIII Mystery, tome 7: Betty Barnowsky, Callède (scénariste), Sylvain Vallée (dessin). Editions Dargaud, 56 ...

    L’Atomium et l’Expo 58 avec le Sourire

    Sourire 58, Patrick Weber (scénario), Baudoin Deville (dessin). Editions Anspach, 64 pages, 14,50 euros. ...

    A la gloire du PSG à venir

    PSG Academy, la BD officielle, tome 7, en route vers la finale, Mathieu Mariolle ...

    L’histoire du hip-hop racontée par un Amiénois

     Break, une histoire du hip-hop, Florian Ledoux et Cédric Liano (scénario et dessin). Éditions ...

    Une mine d’inspiration sud-américaine

    Le monde du dessous, Didier Tronchet, d’après le roman d’Anne Sibran. Editions Casterman, 64 ...

    Il n’y a pas d’âge pour être heureux

    L’obsolescence programmée de nos sentiments, Zidrou (scénario), Aimée de Jongh (dessin). Editions Dargaud, 144 ...