Benjamin Lacombe, intime avec Marie-Antoinette

    Marie-antoinette_couvMarie-Antoinette, Carnet secret d’une reine, Benjamin Lacombe, avec Cécile Berly. Editions Soleil, collection Métamorphose, 24,95 euros.

    Marie-Antoinette, Carnet secret d’une reine était très attendu. Une fois encore, Benjamin Lacombe est à la hauteur des espérances avec ce très beau livre à savourer tête reposée. Très riche, cet ouvrage fait se côtoyer correspondances, extraits de journal intimes et illustrations dans différents styles. “Je me suis inspiré d’images d’antan, explique l’auteur, et d’autres sont plus personnelles. J’ai demandé à Cécile Berly, historienne, de me relire. Elle m’a aussi donné son avis et a préfacé l’ouvrage. Je voulais que tout soit parfaitement juste. Et comme les sources ne sont pas forcément d’accord sur certains points, il n’est parfois pas simple de s’y retrouver.” Pour ce roman illustré, Benjamin Lacombe s’est inspiré du carnet intime de Marie-Antoinette. Une source précieuse même si elle est assez maigre. “Elle détestait écrire. Elle n’écrivait que dans les moments forts de sa vie. Et encore pour suivre les instructions de sa mère selon laquelle la souveraine devait écrire un peu chaque jour. Le rapport qu’elle avait avec sa mère est très intéressant. Marie-Thérèse d’Autriche était un monstre politique et elle a essayé de jouer de son influence sur sa fille pour prendre le contrôle. Au départ, Marie-Antoinette n’était pas destinée à être reine. Elle n’a pas été élevée de manière à diriger le plus grand royaume d’Europe. Mais petit à petit, elle va s’émanciper.

    marie-antoinette-illustrationCe personnage a toujours passionné Benjamin Lacombe et cela faisait très longtemps qu’il souhaitait y consacrer un ouvrage. “Son destin m’a touché. A 14 ans, elle a été arrachée à la cour de Vienne pour celle de France qui sont très différentes. Elle qui avait eu une enfance très libre se retrouvait à devoir s’adapter dans ce nouveau monde. Et malgré ses efforts, elle a toujours été considérée comme une Autrichienne. Marie-Antoinette est, selon moi, une grande incomprise. Il y a tout d’abord cette phrase qu’elle n’a jamais prononcé : “qu’ils mangent de la brioche !”. Tout le monde disait d’elle qu’elle était légère et inconsciente alors que pas du tout! On le voit bien dans ses lettres. Et puis elle a apporté beaucoup à la France. Des choses pour lesquelles elle n’est pas forcément créditée. Et si Paris a été capitale de la mode, c’est grâce à elle. Tout le monde voulait être habillé comme elle.

    Benjamin Lacombe à sa table de travail.
    Benjamin Lacombe à sa table de travail.

    Mais c’est surtout en dessinant les coiffures de la reine de France que Benjamin Lacombe s’est le plus lâché. Une profusion de fleurs, de plumes d’où émergent parfois des animaux et pas des moindres (une autruche, notamment). Chaque détail a son importance et sa symbolique. Comme cette serrure dont la reine n’a pas la clé, cet iris pour représenter la féminité et la découverte de l’amour, cette tête de mort, les tentacules d’un poulpe, symbole du désespoir et de l’emprisonnement… Le dessinateur a également créé une toile de Jouy inédite qui n’aura jamais aussi bien porté son nom… Et le tout toujours avec cette précision, cette douceur aux abords romantiques dans lesquelles Benjamin Lacombe n’hésite pas à trancher pour influer davantage de force aux émotions.

    Si les personnages semblent figés dans un moment suspendu, c’est tout un roman que l’on peut lire dans leurs yeux. Des regards croqués avec beaucoup de subtilité et de retenue.

    Pour parfaire sa Marie-Antoinette à laquelle il tenait tant, Benjamin ne s’est pas économisé. Il a travaillé comme un forcené pour livrer ce boulot de titan, quitte à tomber malade à plusieurs reprises. Après un peu de repos bien mérité, Benjamin Lacombe ressortira crayons et pinceaux pour s’atteler à une histoire qu’il désire dessiner depuis très longtemps, Alice au Pays des merveille (personnage en vogue en ce moment) : “Je l’ai en tête depuis longtemps. Et comme l’année prochaine Alice aura 150 ans, c’est le bon moment pour le faire.

    Par Gaëlle Martin

    [youtube]http://www.youtube.com/watch?v=NXo2Hh0j33o[/youtube]

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    • Anne Jidkoff

      Benjamin Lacombe a fait bien des merveilles, je l’ai aperçu dans 1 librairie d’Amiens (Somme), où l’on célèbre aussi Jules Verne, de qui il pourra aussi s’inspirer peut-être dans le futur.
      Bonjour au Toutou figurant dans ses videos.

    • melodee douce

      bonjour, bien sur je suis en admiration devant les créations de Benjamin Lacombe, j’adore ses illlustrations et j’aimerais les utiliser pour mon projet MOF en céramique
      FAITES LUI PARVENIR ce message de ma part c’est urgent,j’ai écrit sur son facebook, sa boite Gmail, toujours pas de réponse, merci

      • Daniel Muraz

        Bonjour, toutes les illustrations sont régies par le droit d’auteur. En dehors de “citations visuelles” (telles que nous les pratiquons sur ce blog) destinées à illustrer un peu nos propos, tout autre utilisation (a fortiori publiques et/ou commerciales) sont fonction d’accord de l’auteur et de l’éditeur.

    • melodee douce

      bonjour, bien sur je suis en admiration devant les créations de Benjamin Lacombe, j’adore ses illlustrations et j’aimerais les utiliser pour mon projet MOF en céramique
      FAITES LUI PARVENIR ce message de ma part c’est urgent,j’ai écrit sur son facebook, sa boite Gmail, toujours pas de réponse, merci

      • Daniel Muraz

        Bonjour, toutes les illustrations sont régies par le droit d’auteur. En dehors de “citations visuelles” (telles que nous les pratiquons sur ce blog) destinées à illustrer un peu nos propos, tout autre utilisation (a fortiori publiques et/ou commerciales) sont fonction d’accord de l’auteur et de l’éditeur.

    • melodee douce

      désolée pour les fautes d’orthographes….

    • melodee douce

      désolée pour les fautes d’orthographes….

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Pour le passé, en avant toute !

    Le Maléfice de l’améthyste, Roger Leloup. Editions Dupuis, 48 pages, 10,60 euros Étrange surprise ...

    Les réfugiés, drame très humain

     Humains, la Roya est un fleuve, Baudoin et Troubs. Editions L’Association, 112 pages, 22 ...

    Mise en boîte du travail

    Au taf, Vaïnui de Castelbajac, éditions Delcourt, coll. Tapas, 128 pages, 16,95 euros. Après ...

    Le sacre du comique avec Daniel Goossens

    Sacré comique (réédition augmentée), Daniel Goossens. Editions Fluide glacial, 56 pages, 14,90 euros. Jésus ...

    Un petit air de revanche sociale

    Revanche. Tome 1 : Société anonyme, scénario Nicolas Pothier, dessin Jean-Christophe Chauzy, Treize étrange ...

    Larmes à l’extrême droite danoise

    Infiltrés, tome 2: les larmes de Jolène, Olivier Truc et Sylvain Runberg (scénario), Olivier ...