Il était une fois… Andersen

    andersen_couvAndersen, les ombres d’un conteur, Nathalie Ferlut. Editions Casterman, 128 pages, 20 euros.

    Un biopic sur Andersen raconté à la manière d’un conte, c’est le parti-pris plutôt réussi de cet album de Nathalie Ferlut à la facture originale et personnelle.

    Ses contes sont moins connus que ceux de Perrault ou des frères Grimm et la vie de Hans-Christian Andersen l’est encore moins. Celle-ci débute plutôt tendrement, au début du XIXe siècle à Odense, au Danemark, chez une mère blanchisseuse et un père cordonnier et poète, qui fait partager à son jeune fils son univers merveilleux, enchantant tout. Mais le père part (et meurt) à la guerre. Et l’univers du fils se racornit, avec une mère courageuse mais surtout très pragmatique. Contant d’abord sur son joli filet de voix, Hans-Christian se rêve une carrière de chanteur lyrique et fugue vers Copenhague. Sa vocation ne sera pas couronnée de succès, mais il trouvera dans la capitale danoise un ami pour la vie et débutera une vie d’écrivain, après un premier roman remarqué et des contes qui vont progressivement faire sa notoriété et sa richesse. A défaut de son bonheur…

    Si La Petite sirène et Le vilain petit canard ont pu fasciner des générations d’enfants, la vie de leur auteur n’a pas franchement été un conte de fées. Du moins telle qu’elle est racontée par Nathalie Ferlut. Elle décrit un personnage pas vraiment sympathique, un peu égoïste, mal à l’aise à cause de sa laideur et d’une ambivalence sexuelle qui va en faire un solitaire durant toute sa vie et un vieux garçon un peu amer. Une vraie découverte, donc, que cette biographie d’Andersen. Et même une double découverte, car le travail graphique et l’interprétation réalisés par Nathalie Ferlut sont tout simplement magnifiques.

    Si elle suit fidèlement les grandes étapes biographiques de l’auteur, elle s’attache surtout à mettre en lumière les zones d’ombres de cette existence. Mise en scène de façon très inventive – même si l’effet de répétition finit par lasser – cette vie est racontée avec le même enchantement que celui que son père tentait de produire sur le jeune Hans-Christian. Ainsi, le Petit soldat de plomb accompagnera, ponctuera et commentera tout l’album. Et une partie des créatures fantastiques imaginées par Andersen se retrouveront au fil des pages, réinventées sous le trais sensible de Nathalie Ferlut à travers divers styles et techniques qui renvoient aussi cette biographie dans l’univers des contes de son auteur.

    On lira désormais autrement les contes d’Andersen… Et on en pardonnerait presque les vocalises assommantes de l’adaptation de Disney de sa Reine des neiges (car, oui, c’est aussi un conte d’Andersen).

    andersen_planche

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Un espace toujours passablement dérangé

    Sardine de l’espace, tome 11: l’archipel des hommes-sandwichs, Mathieu Sapin. Editions Dargaud, 104 pages, ...

    In the name of…

    In the name of…Will Argunas. Editions KSTR, 112 pages, 16 euros 2015, Houston est ...

    Marc-Antoine Mathieu déploie tout son Sens graphique

    (ou “Le sens” ou S.E.N.S), Marc-Antoine Mathieu. Editions Delcourt, 256 pages, 25,50 euros. Depuis ...

    Promenade post-apocalyptique poétique

     Girls’ Last Tour (série en cours), Tsukumizu (scénario et dessin). Edition Omaké Manga, 160 ...

    Le talent d’Achille

    Les impétueuses tribulations d’Achille Talon, tome 1: Achille Talon est un homme moderne, Fabcaro ...

    De quoi faire une cène

    Un jour sans Jésus, tome 1 sur 6, Nicolas Juncker (scénariste), Chico Pacheco (dessin). ...