Les portes grandes ouvertes sur les Doors

    Les Portes, Prosperi Buri, In My Bed, 32 pages, 9 euros.

    Auto-éditeur de fanzines depuis le milieu des années 2000, présent régulièrement dans la revue Lapin (L’Association) et participant à divers collectifs, de Minimum Rock n’ Roll (Discobabel) à Rock Strips (Flammarion), tout en continuant l’auto-édition, Prosperi Buri est aussi musicien et a participé à fonder le label rennais Inmybed.
    C’est sous ce label qu’il a publié, en fin d’année dernière, une nouvelle édition assez géniale, réécrite, redessinée et augmentée des “Portes” – récit initialement publié partiellement dans Rock Strips. Assez logique, somme toute, pour un mini-album qui évoque l’histoire du groupe Les Doors, dans un album au format (et la forme !) d’un CD. Et avec un graphisme de couverture qui copie joliment L.A. Woman, dernier album du groupe californien.

    En une poignée de pages, Prosperi Buri synthétise l’histoire de ces icônes du début des 70′. De la première rencontre entre Ray Manzarek et James Douglas Morrison sur une plage jusqu’à la fin glauque du chanteur dans la baignoire d’un hôtel parisien. Entretemps, il aura été question de tournées épiques, d’alcool et autres substances psychédéliques. Et même de musique…

    Dans un style caricatural qui fait un peu songer à Guillaume Bouzard, Prosperi Buri livre ici un “biopic” à la fois très drôle et drôlement informé sur l’histoire du mythique band de Jim Morrison. Et il réussit l’exploit – en une poignée de pages – de proposer un excellent résumé de la brève carrière des Doors et de son leader, roi-lézard également bien égratigné ici. “Irrévérencieux” donc, comme le précise le label dans la présentation de l’album, mais avec un propos qui respire surtout l’empathie et l’affection pour ce groupe.
    Le parti-pris – hilarant – de la traduction littérale française de tous les titres et textes des chansons (d’où “les portes” pour The Doors) crée également un effet comique indéniable, tournant forcément en ridicule la poésie de certaines compositions.

    Ces Portes-là sont bien grandes ouvertes sur l’univers du groupe de Jim Morrison. Et cet “album” (tiré et numéroté à 300 exemplaires pour la présente édition) a de quoi séduire les fans des Doors comme ceux pour qui ils ne représentent rien.

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Pourquoi tant de morts ?

    [media id=34 width=320 height=240] Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis ! 0J'AIME0J'ADORE0Haha0WOUAH0SUPER !0TRISTE0GrrrrMerci !

    Charlie Hebdo refait son histoire

    Avant un numéro spécial, ce mercredi, évoquant les conditions de travail de l’équipe depuis ...

    Un oiseau de bon augure

    LE PERROQUET DES BATIGNOLES, t.1 : l’énigmatique monsieur Schmutz, de Stanislas, Tardi et Michel ...

    Avec Luz, l’horreur est humaine

    ô vous, frères humains, Luz (d’après l’oeuvre d’Albert Cohen). Editions Futuropolis, 136 pages, 19 ...

    Avec No pasaràn, Rue de Sèvres ressort le grand jeu

    No pasaràn, le jeu, Christian Lehmann (scénariste), Antoine Carrion (dessinateur). Editions Rue de Sèvres, ...

    Seuls : les heureux revenants

    SEULS, t.6 : la quatrième dimension et demie, de Gazzotti et Vehlmann, ed. Dupuis, ...