Magritte : ceci n’est pas une biographie, mais une réussite !

    Magritte, ceci n’est pas une biographie, Vincent Zabus (scénario), Thomas Campi (dessin). Editions Le Lombard, 64 pages, 14,99 euros.

    Magritte a cassé sa pipe il y a cinquante ans, le 15 août 1967 à l’âge de 68 ans. Cette année, la Belgique lui rend honneur avec une “année Magritte” déclinée en de nombreuses manifestations culturelles.
    Les éditions du Lombard (également belges) ont anticipé l’événement en sortant en fin d’année dernière cet album, sinon surréaliste, du moins reflétant fort bien l’esprit du peintre. Un album à la fois fantaisiste, pédagogique et d’une très belle facture graphique.
    Une biographie dessinée qui n’en est donc pas une, puisqu’elle conte la singulière aventure advenue à Monsieur Singulier. Un homme qui, malgré son patronyme, est tout à fait ordinaire. Employé de bureau discret, il s’est offert la fantaisie d’acheter un chapeau melon sur le marché des Marolles, à Bruxelles, afin de fêter la promotion qui l’attend le lendemain. Mais une fois posé ce chapeau (celui de Magritte !) tout dérape. Non seulement il ne parvient plus à se défaire de ce couvre-chef, mais il se voit contraint par des personnages fantasmatiques issus de l’oeuvre du peintre de percer les mystères de son monde, faute de quoi le chapeau restera éternellement vissé sur son crâne !
    L’investigation va débuter par une soirée consacrée à l’artiste, où il rencontre la conférencière, une jeune femme surprise et amusée par ce monsieur coiffé du chapeau de Magritte. Ensemble, ils vont basculer dans la vie et l’oeuvre du peintre. Une immersion qui va tout changer…

    L’adjectif “surréaliste” est aujourd’hui si galvaudé qu’il faut surtout se garder de l’employer, par respect de l’école artistique qui s’est désignée ainsi et dont René Magritte fut sans doute l’artiste le plus populaire (au deux sens du terme). Mais, s’il n’est pas “surréaliste”, cet album manifeste une connaissance fine de la démarche et de l’oeuvre de Magritte, dans ses différents aspects (dont les moins reluisants, comme la dérive commerciale de la fin de sa carrière, un peu comme Salvador Dali, mais en plus respectable quand même). Et sans pédantisme aucun, il permet avec une belle imagination graphique de se plonger dans cet univers déroutant en le rendant facilement compréhensible.
    Balade onirique et historique, pensée comme une enquête policière, recontextualisant les étapes de l’oeuvre de Magritte avec les drames intimes de sa vie, le scénario de Vincent Zabus est parfaitement maîtrisé tout en s’autorisant les plus folles envolées.
    Quant au travail graphique de Thomas Campi, il est tout aussi bluffant, en redonnant vie aux tableaux, dans une ambiance douce et vaguement inquiétante, en y immergeant ses personnages sans chercher à reproduire ou à pasticher le style de Magritte. Les évocations et les références très nombreuses parleront forcément aux amateurs du peintre, tout en restant lisibles de tous.

    Bref, vraiment du beau travail pour un album vraiment “singulier”. Mais surtout un ouvrage enthousiasmant et emballant. En parfaite empathie avec Magritte et tout à fait à sa place, donc – parmi les meilleurs bandes dessinées lues pour l’instant en 2017 – pour célébrer cette “Année Magritte”.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Le prix du sang

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis ! 0J'AIME0J'ADORE0Haha0WOUAH0SUPER !0TRISTE0GrrrrMerci !

    Black Joke 2 : Le jeu continue

    BLACK JOKE, t.2, Masayuki Taguchi, Rintaro Koike, ed. Ankama, 192 pages, 6,95 euros. A ...

    Revival fait redécouvrir le livre de Poche

    M.Poche, Alain Saint-Ogan. Editions Revival, 176 pages, 29 euros. On a récemment évoqué l’ambition ...

    Un exemple d’histoire d’amour

    Un amour exemplaire, daniel pennac (scénario), Florence cestac (dessin). Éditions dargaud, 64 pages, 14,99 ...

    Diablement magique

    Le magicien de Whitechapel, acte 1 : Jerrold Piccobello, Benn. Editions Dargaud, 64 pages, ...