La Louve, Lorenzo Palloni. Editions Sarbacane, 192 pages, 22 euros.

    La “Louve” est une redoutable collecteuse d’argent, se chargeant de récupérer les impayés au profit de son mystérieux patron, prêteur à gages mafieux. Elle a des méthodes radicales: tabassage, menaces, torture, enlèvement et jusqu’au meurtre s’il le faut. Sans émotions, en pro. Androgyne et violente, cette femme, Ginger, est aussi une épouse banale et attentionnée qui rejoint son mari – inconscient de cette double vie – après ses expéditions punitives. Tiraillée entre ces deux univers si lointains, elle va voir cet équilibre se rompre lorsque, justement, sa vie “professionnelle” et sa vie privée vont brutalement entrer en collision. Et une coupable faiblesse va aussi l’entraîner vers sa perte…

    Un petit livre carré pour une héroïne qui ne tourne pas rond. Classique sur le fond, dans le registre du roman noir “hard boiled” et passablement violent, ce roman graphique joue la distanciation sur la forme. Avec ses trames en pointillés à l’ancienne, sa structure en gauffrier rigide en 9 cases, voire parfois, en une seule image sur laquelle est plaquée ce dispositif en 9 cases égales, ses chapitres courts interrompus par une page noire. Tout est fait pour poser le lecteur en “voyeur” extérieur. Mais, en même temps, on s’attache à ce drôle de personnage ambivalent, masculine dans son attitude et en même temps très féminine, dure et fragile et à qui rien ne sera épargné. Singulier et attachant.

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Douce Nuit

    Le Sourire de la Nuit, Roxane Marie Galliez (texte), Eric Puybaret (illustration), Editions La ...

    Le “Canard enchaîné” encore remplumé

     L’Incroyable histoire du Canard enchaîné – édition 2019 augmentée, Didier Convard (scénario), Pascal Magnat ...

    Avec Linette, c’est le pied !

    Les pieds qui poussent, Catherine Romat (scénariste), Jean-Philippe Peyraud (dessin). Editions de la Gouttière, ...

    Mémoire assassine

    Assassine, Patrick Delperdange (scénario), André Taymans (dessin). Editions Place du Sablon, 96 pages, 16 ...

    Une histoire de Khazars et de destin

    Le vent des Khazars, Marek Halter, Makyo, Federico Nardo, éditions Glénat, 72 pages, 14,95 ...

    Etonnant XIXe siècle

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis ! 0J'AIME0J'ADORE0Haha0WOUAH0SUPER !0TRISTE0GrrrrMerci !