C’est assez pour “Mermaid Project”

    Mermaid project, épisode 5, Corine Jamar et Léo (scénario), Fred Simon (dessin). Editions Dargaud, 56 pages, 13,99 euros.

    Cinq ans de travail, cinq albums et la fin de ce qui est le premier cycle de cette série d’anticipation écolo. C’est aussi l’heure de l’affrontement final entre Romane et Brahim et la société Algapower et l’épilogue de l’action entamé dans le tome 4.
    Ayant réussi à s’infiltrer dans la plateforme maritime de la multinationale, grâce à l’aide active de cétacés, les deux inspecteurs vont parvenir à mettre fin aux délires génétiques de la multinationale visant à croiser génétiquement des hommes et des dauphins. Et, surtout, à en comprendre l’objectif raciste final. Là encore, avec l’appui d’orques et de baleines qui commencent, manifestement, à prendre l’ascendance sur les humains…

    Le projet avait au départ tout pour séduire, avec sa vision renversée de ce monde futuriste ou, suite à une grande crise économique, enérgétique et climatique, l’occident avait perdu sa prééminence et était devenue une sorte de “tiers-monde” de l’Asie et de l’Afrique, tout en récupérant une partie de son climat subtropical. A cela venait s’ajouter un thriller policier sur fond de problématiques intéressantes en matière de dévoiements technologiques et de manipulations génétiques. Malheureusement, cet arrière-fond a progressivement été gommé. Et les ambitions de départ ont été ramenés à une aventure somme toute assez classique, même si elle n’est pas désagréable à suivre. Avec ses super-méchants et ses héros sympathiques. Une déception, donc, à l’aune des espoirs qu’avaient pu faire naître le projet. Mais il est vrai que les sirènes sont des chimères…

    A la suite de la dernière planche, une courte interview des auteurs et trois planches évoquent un prochain cycle où la rapide mutation des dauphins et une nouvelle folie humaine vont nécessiter une nouvelle intervention de Romane et El Malik. Mais cette fois sous forme d’un diptyque. De quoi, au moins, éviter une trop longue attente, à défaut de dissiper totalement un certain scepticisme.

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Gauguin très nature

    Gauguin loin de la route, Maximilien Le Roy (scénario), Christophe Gaultier (dessin), éditions Le ...

    Madame Livingstone, I Presume ?

    Madame Livingstone, Congo, la grande guerre, Barly Baruti (dessin), Christophe Cassiau-Haurie (scénario), Appollo (récit). ...

    Anuki, le petit indien picard plus vif que jamais

    Anuki, tome 3 : le coup du lapin, Frédéric Maupomé, Stéphane Sénégas, Editions de ...

    L’ode à l’authenticité de Joan Sfar

    Tu n’as rien à craindre de moi, Joann Sfar, Rue de Sèvres, 104 pages, ...

    Un drôle de monde de femmes

     Woman World, Aminder Dhaliwal. Editions La Ville brûle, 256 pages, 22 euros. Et si ...

    La croisière s’amuse

    LE MARIN, L’ACTRICE ET LA CROISIERE JAUNE, t.1 : un nouveau départ, de Régis ...