“Chaque super-héros a son talon d’Achille. L’artichaut est comme de la kryptonite”

    Entretien avec Benjamin Lacombe autour des Superhéros détestent les artichauts.
    Super-héros artichauts_couvPif ! Paf ! Zlang ! Bim ! Le dernier ouvrage de Sébastien Pérez et Benjamin Lacombe (illustration), déboule en librairie (chez Albin-Michel Jeunesse). Une fois encore, les deux acolytes s’essayent à un genre nouveau avec Les Superhéros détestent les artichauts (édition Albin-Michel Jeunesse). Un livre très drôle et touchant.
    Ce livre est à la fois un guide du super-héros mais surtout un recueil de témoignages et d’anecdotes sur les super-héros imaginés par les auteurs : Miss Wasp, Electrum, Super-Rhino, Phospho etc. Leur vie, leurs frasques mais aussi la manière dont ils ont découvert leur superpouvoir. Car le livre est davantage porté sur ce que peut ressentir un super-héros lorsqu’il se rend compte qu’il est différent du commun des mortels, que ses mains brillent dans le noir, qu’il peut se transformer en lion blanc, anéantir les cauchemars des gens lorsqu’ils dorment.
    Des témoignages forts sur l’altérité qui feront écho chez les jeunes gens ayant noté qu’ils ne sont pas tout à fait comme les autres. La différence est d’ailleurs un thème récurent chez ces deux auteurs et sur lequel ils se rejoignent…

    Benjamin Lacombe, illustrateur de super-héros.
    Benjamin Lacombe, illustrateur de super-héros.

    Pourtant, même si ces deux-là ont à leur actif moult collaborations, Benjamin Lacombe n’était pas destiné à être l’illustrateur de l’ouvrage au départ. “L’univers des super-héros est très éloigné du mien, confie-t-il. Quand j’étais enfant, je ne lisais pas de Comics mais plutôt Picsou magazine, Le journal de Mickey ou Tintin. A part lorsqu’il y a eu les parutions Image Comics. Mais c’est tout. Bon… maintenant, avec le travail de préparation, je suis une bible en la matière,” s’amuse-t-il.

    super-héros artichauts-caseAprès avoir planché pendant trois ans sur l’écriture du scénario, Sébastien Pérez voyait les illustrateurs décliner l’aventure les uns après les autres. “Ils pensaient que c’était une masse de travail trop importante, poursuit Benjamin. J’ai donc dit à Sébastien que j’allais le faire. Je voyais un truc très pop-art et des déclinaisons de vieilles affiches. Au début, cela devait s’appeler Manuel des Superhéros. Mais entre-temps le projet à évolué et ce titre n’était plus vraiment représentatif. En l’appelant Les Super-héros détestent les artichauts, on voulait montrer tout le décalage du livre dans le titre. Et puis comme un super-héros, le coeur de l’artichaut se cache sous différentes couches. Je trouvais cette image intéressante. Mais aussi, chaque super-héros a son talon d’Achille. L’artichaut est comme de la kryptonite.”
    Parmi les super-héros présentés dans le livre, deux en particulier affichent une nette ressemblance avec les auteurs. “Oui, on m’a déjà dit que le petit Electrum me ressemblait, concède Benjamin Lacombe. Ce n’était vraiment pas volontaire de ma part et pourtant, c’est vrai que je lui ressemblais quand j’étais petit. Avec la même coiffure. Et sur sa photo de famille, on voit qu’il a deux soeurs, comme moi et lorsque je dis bonjour au gens, il n’est pas rare qu’il y ait des petites décharges d’électricité statique. Pour le super-héros du nom de Phospho, j’ai consciemment dessiné Sébastien lorsqu’il était enfant. Car je le retrouve beaucoup dans ce personnage.
    Pour cet ouvrage, Benjamin Lacombe s’est également penché sur la réalisation de dessins en 3D. En effet, au milieu du livre, il faut enfiler une paire de lunettes anaglyphes pour acquérir le pouvoir de “Super vision”. Une grande première pour Benjamin et un exercice rare, laborieux et périlleux. Mais duquel il s’est sorti avec brio.
    Jusqu’ici, je trouvais les dessins en 3D intéressants mais pas forcément réussis. Ça ne fonctionnait pas très bien et ça faisait mal à la tête. puis je suis tombé sur Jim Curious. C’était la première fois que je voyais de la 3D vraiment satisfaisante. J’ai ainsi vu qu’il fallait faire du noir et blanc pour que ça fonctionne. Ensuite, comme ni mon photograveur habituel ni personne dans mon entourage ne savait le faire, j’ai donc appris. Il faut séparer tous les plans et dessiner un peu plus que ce que l’on va voir. Faire des traits supplémentaires. Il faut ensuite décaller ces six couches, trouver le bon mélange qui fonctionne pour que le cerveau voit en 3D. Sachant que l’hémisphère gauche et droit ne fonctionnent pas de la même manière. J’ai dessiné à la main et ensuite fait le travail de déplacement par ordinateur.
    Parallèlement à ce projet, Benjamin Lacombe a travaillé comme un forcené à l’élaboration d’une oeuvre qui lui tient à coeur depuis longtemps et sur laquelle il a travaillé trois années: Un roman illustré sur Marie-Antoinette. “Je viens juste de livrer les derniers éléments. Je vais pouvoir souffler un peu ! “ Le livre devrait sortir le 3 décembre chez Métamorphose. Mais ceci sera l’objet d’une autre chronique.
    Par Gaëlle Martin
    Dédicaces de Benjamin Lacombe et Sébastien Pérez, le 17 janvier 2015 à la Librairie Pages d’Encre, à Amiens. Pour précision, il vaut mieux prévoir sa journée tant une dédicace du duo est prisée !
    super-héros artichaut-case2
    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Dans la tête de Gérard Depardieu

    Gérard cinq années dans les pattes de Depardieu, Mathieu Sapin. Editions Dargaud, 160 pages, ...

    Sur la plage à bandes dessinées… Le Camion qui bulle au Touquet

    Du 22 juillet au 11 août, le Camion qui bulle fait sa tournée des plages françaises. ...

    Maria de tous les seins… Pin up and down

    Star fuckers, tome 1: la belle et les bêtes, Alcante et Gihef (scénario), Dylan ...

    Une vision minimaliste mais très dense de Vincent Van Gogh

    Vincent, Barbara Stok. Editions EP, 144 pages, 16 euros. Les dernières années de la ...

    une Dauphine qui rit jaune

    M’sieur Maurice et la Dauphine jaune,   Bruno Bazile. Treize étrange, 48 pages, 13,90 euros ...

    Malaise des auteurs chez Casterman

    Les auteurs Casterman s’inquiètent de l’avenir de la maison d’édition de bandes dessinées dans ...