Chronosquad, du bon temps à revendre

    Chronosquad,
    t.1: lune de miel à l’âge du bronze,
    t.2: destination Révolution, dernier appel,
    t.3: poulet et cervelle de paon à la romaine
    ,
    Giorgio Albertini (scénario), Grégory Panaccione (dessin). Editions Delcourt,

    Il n’est jamais aisé de prendre une série en route, mais le principe même de Chronosquad étant d’évoquer les voyages dans le temps, c’est ici un moindre mal. D’autant que la série semble prendre sa véritable ampleur – caustique – avec ce troisième épisode. Et qu’il est temps de s’y mettre, vu que le quatrième et dernier tome doit paraître en ce mois de septembre.

    Dans cette société du futur, les voyages temporels se sont démocratisés et sont devenus un tourisme de masse. Les chronosquads, unité d’élite sont chargés de veiller au bon déroulement des opérations et empêcher des interférences entre les vacanciers et les épisodes historiques qu’ils visitent. Justement, une alerte a été déclenchée en Egypte antique, où deux touristes ont disparu dont l’une n’est autre que la fille du directeur de la banque centrale. Faute d’effectifs, Bloch, jeune stagiaire est embarqué dans l’escouade du lieutenant Penn (qui en parallèle, doit gérer sa relation secrète avec Léonard de Vinci, dont elle est enceinte).
    Sur place, ils vont découvrir que les deux adolescents ont été kidnappés par d’étranges marchands d’esclaves, qui paraissent venir du XXe siècle. En parallèle, la lieutenant Penn à découvert dans le paléolithique le cadavre d’un détenu de la prison du Dévonien – dans les premiers âges de la Terre. L’enquête des chronosquads de Penn va ensuite les emmener au Nicaragua dans les années 1930, mais aussi, dans ce troisième tome, dans la Rome antique, où ils seront confrontés une nouvelle fois à d’étranges géants à la tête hypertrophiée. Et les dérèglements vont aller crescendo, laissant apparaître une opération de grande ampleur d’activistes désireux d’émanciper les pauvres de toutes les époques, mais aussi une campagne de déstabilisation des chronosquads menée en sous-main par une grande multinationale qui pourrait être à l’origine des géants…

    [youtube]http://youtu.be/JBL_HTnfxok[/youtube]

    Ainsi résumée d’un bloc – et partiellement – l’histoire a de quoi dérouter. Mais les tomes 2 et 3 comportent d’utiles “résumés des tomes précédents” et le récit, malgré ses circonvolutions temporelles et les quelques explications pseudo-scientifiques d’usage, est d’une grande fluidité. Ironique, Il mêle désormais la critique des multinationales supplantant les états à celle du tourisme de masse.
    Un peu sur le même credo que Les Brigades du temps – mais dans une approche plus vaste et ambitieuse – Chronosquad amuse et divertit, tout en se projetant dans un passé bien décrit et dans lequel on s’immerge volontiers. Le tout avec un rythme maintenu et pas mal d’humour.
    Le trait de Grégory Panacionne (dont a pu apprécier la qualité dans des genres très divers, d’Un océan d’amour à Match), expressif et toujours légèrement décalé se prête bien à cette saga. Et particulièrement à la description de son héros (?), Bloch, ahuri au possible, même s’il semble révéler, au fil des pages, des qualités indécelables au départ.

    Reste à voir maintenant si l’histoire s’achèvera sur le même ton. La barre a été placée assez haut, jusque ici, mais on peut raisonnablement être confiants sur la capacité des chronosquads pour bien conclure leur enquête et au duo d’auteurs leur série, incontestablement originale dans ce créneau de la SF spatio-temporelle.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    La Guerre des amants : tableau final

    La Guerre des amants, tome 3: jaune Berlin, Jack Manini (scénario), Olivier Mangin (dessin). ...

    Larmes à l’oeil

    D’autres larmes, Jean-Philippe Peyraud, éditions Treize étrange / Glénat, 162 pages, Six histoires courtes. ...

    Mai 68 (1/6) : Mais, 68 c’était quoi ?

    Mai 68 histoire d’un printemps, Arnaud Bureau (scénariste), Alexandre Franc (dessinateur). Editions Des Ronds ...

    La guerre des boutons n’aura jamais de fin

     La guerre des boutons, chez Dargaud, par Berlion, tome 2 : Pourris de Velran ...

    Un mariage musulman pour le meilleur et pour le rire

    MUSLIM SHOW, t.2 : Mariage, Noredine Allam et Greg Blondin, ed. du BDouin, 48 ...

    Les médias expliqués par la bande

    La machine à influencer, une histoire des médias, Brooke Gladstone (scénario), Josh Neufeld (dessin). ...