Cléo, la nouvelle femme extraordinaire de Fred Bernard

    CLEO de Fred Bernard, Marabulles (editions Marabout), 160 pages, 9,90 euros.

    Cléo, de Fred Bernard, est une “fausse nouveauté” de cette rentrée. Il y a an, l’album paraissait chez Nil éditions. Mais sa pré-publication en feuilleton estival dans Libération m’avait laissé assez indifférent (et pour tout dire, j’avais vite abandonné) et pas incité du tout à me plonger dans l’ouvrage. Si le découpage au quotidien ne fonctionnait pas – pour moi au moins –  c’est sur la durée et la longueur que le charme agit. Sa ré-édition chez Marabout offre l’occasion de rattraper l’erreur de jugement initial.

    Ici, comme avec ses précédentes héroïnes, pétillantes et romanesques, Jeanne Picquigny ou Lily Love Peacock, Fred Bernard – dans un tout autre registre que ses ouvrages Jeunesse où sa réputation n’est plus à faire – réussit encore à donner vie à une femme particulièrement crédible et attachante.

    Au premier abord, Cléo est loin des aventurières ébouriffantes qui nourrissaient les récits précédents. Au coeur de ce roman graphique en noir et blanc Elle, c’est une “jeune femme prétendument ordinaire“,  jeune parisienne assistante de production à la télé, pas encore trentenaire, “pas la plus belle, mais pas mal quand même“, pas sotte, mais disant des bêtises, pas folle mais faisant des sottises, ayant l’impression d’avoir fait le tour en amour mais recherchant toujours le prince charmant. On la suit dans ses soirées entre copines et ses introspections sentimentales – voire carrément sexuelles – le tout entrecoupée de digressions entre l’Egypte antique dont étaient fans ses parents et le Japon fantasmé auquel elle aspire aller. Une jeune femme “comme tant d’autres“, qui devient unique sous le trait, souple et relâché de son créateur. Soutenu par une voix off qui accompagne tout le récit, un portrait intime et onirique, cru parfois et sensible toujours, qui sonne juste.

    Si, plus court, le nez de Cléopâtre eut pu changer la face du monde, les quelques “kilos en trop” de cette moderne Cléopâtre-ci  la rendent encore plus craquante et séduisante.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    “Anuki” sans parole, mais non sans talent dans le Courrier picard

    On a déjà évoqué, voilà quelques jours, la sortie d’Anuki, nouvel album Bd/Jeunesse des ...

    Mars, planète très rouge

    On Mars, tome 1: un monde nouveau, Sylvain Runberg (scénario), Grun (dessin). Editions Daniel ...

    Infinity 8 prend du volume

    Infinity 8, Lewis Trondheim, Zep (scénario). Editions Rue de Sèvres, 96 pages. 17 euros. ...

    Parfait réfugié humoristique

    Le petit manuel du parfait réfugié politique, Mana Neyestani. Editions ça et là / ...

    Jeanne, plus d’une corde à son Arc

    Jeanne la pucelle, tome 1: Entre les bêtes et les anges, Fabrice Hadjadj, Jean-François ...