Comment être une femme d’aujourd’hui au Yemen ?

    La Voiture d’Intisar, Portrait d’une femme moderne au Yemen, Pedro Riera et Nacho Casanova. Editions Delcourt, 208 pages, 14,95 euros.

    A 27 ans, Intisar est une jeune femme moderne. Elle fume, conduit sa propre voiture, travaille et, si sa vie sentimentale est assez vide, cela ne l’empêche pourtant pas d’avoir des relations conflictuelles avec son père et de pure complicité avec son frère.

    Il faut dire aussi qu’Intisar est Yéménite et réside à Sanaa. Alors, bien qu’elle soit croyante, ce n’est pas par esprit religieux que, dans la rue, elle porte le niqab mais par tranquillité. C’est pour se fondre dans la masse qui considère que la bienséance impose de dissimuler le corps féminin sous un voile immense qui ne laisse voir que les yeux. Mais, pour Intisar, cette carapace offre aussi l’avantage  de l’anonymat absolu et d’une certaine liberté qui va avec cet anonymat…

    Constitué de24 chapitres, le récit narre sous forme d’anecdotes le quotidien d’une femme dans un des pays les plus fermés aux droits de l’homme, pour ce qui est des droits de la femme…

    Récit digne, voire parfois teinté d’humour, la Voiture d’Intisar, nous fait découvrir le monde réel au travers d’actes d’une profonde banalité pour des Occidentaux mais terriblement subversif dans un pays où la femme, considérée comme un être irresponsable est, toute sa vie, sous la dépendance d’un “wali” (mari, père, frère, oncle…) qui décide de tout pour elle.

    Ce roman graphique au regard lucide et pénétrant et  d’une profonde humanité nous vient d’Espagne, Pedro Rivera, le scénariste, avec sa femme, a passé une année au Yemen. Si l’héroïne, Intisar est un personnage de fiction, l’auteur s’est fortement inspiré d’une femme rencontré au Yemen. Sans tapis volant, c’est pour nous une excellente opportunité de découvrir, à travers des idées simples, quelques facettes d’un Orient compliqué qui n’est pas toujours celui des Mille et une nuits.

    //

    //

    //

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Les nouveaux monstres de Chauzy et Lindingre

    A qui le tour ? Jean-Christophe Chauzy (dessin), Yan Lindingre (scénario), éditions Audie / ...

    Petit coup de vieux pour Superdupont

    Superdupont, tome 7: In vitro véritas, Gotlib, Lob, Lefred-Thouron, Solé, éditions Fluide glacial, 48 ...

    Sur-naturelle Oksa

    Oksa Pollock, tome 1 : l’inespérée, Nauriel (dessin), Eric Corbeyran (scénario), adapté du roman ...

    Au HSE, c’est la chute finale

    HSE, tome 3, Xavier Dorison (scénario), Thomas Allart (dessin). Editions Dargaud, 52 pages, 13,99 ...

    Pourquoi ces petites fables contemporaines de Christophe Chabouté séduisent autant

    Fables amères, tome 2: détails futiles, Christophe Chabouté. Editions Vents d’Ouest, 104 pages, 13,90 ...

    une Dauphine qui rit jaune

    M’sieur Maurice et la Dauphine jaune,   Bruno Bazile. Treize étrange, 48 pages, 13,90 euros ...