Dans Oracle, la pythie vient en se vengeant

    Oracle, tome 1 : la Pythie, Olivier Péru (scénario), Stefano Martino (dessin). Editions Soleil, 52 pages, 14,50 euros.

    Après avoir développé la série-concept Elfes, avec Nicolas Jarry, Jean-Luc Istin et Soleil récidivent, pour une nouvelle collection qui puise, cette fois, dans la mythologie grecque. Avec pour thème commun, la vengeance. Celle de cinq « mortels » victime des dieux. Esclave, roi, bossu, veuve vont être amenés à défier l’Olympe… Un filon tout aussi riche et inspiré, s’agissant du moins de ce premier album, consacré à Aspasie, la pythie, de Delphes, capable de prévoir l’avenir.
    Abusée par Apollon (brossé ici en ambitieux jouisseur et inconséquent), elle va réussir à instrumentaliser Euycratidès, le roi de Sparte pour l’enjoindre à aller combattre les dieux sur l’Olympe. Une folie dont nul d’entre eux ne sortira indemnes…

    L’oracle, qui donne son nom à la série n’est pourtant pas la pythie, ici, mais un vieil homme aveugle, qui arrive à Delphes et qui conter l’histoire d’Astasie à des enfants. Ce conteur nomade, qui introduit le récit, sera aussi le liant entre les cinq albums déjà programmés. Un personnage qui présente une contrainte moins forte que les peuplades elfiques qui cycle précédent mais qui s’avère un bon « passeur » pour transmettre des récits tel que celui-ci.

    D’entrée, le dessin réaliste de l’Italien Stefano Martino séduit. Autant pour les traits fins et soignés de ses personnages que pour l’ampleur épique des séquences de bataille (ainsi de la double page, somptueuse de la mise à sac d’Athènes par les spartiates). Quand au scénario d’Olivier Péru – qui retrouve son dessinateur de Nosferatu et qu’on avait déjà pu apprécier dans la série Elfes – il s’avère à la fois riche, dense, épique. A la fois sauvage, violent, au plus près des passions humaines, mais avec la hauteur de vue du conte mythologique. De plus, le récit distille fort bien ses rebondissements… avec même un petit clin d’oeil final tout à fait dans le ton. Un premier voyage en Grèce antique… qui n’est pas en toc, donc.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Dr Manhattan, héros au physique quantique

    Before Watchmen, tome 8: Dr Manhattan, Joe Michael Straczyinski (scénario), Adam Hughes (dessin). Editions ...

    Le come-back de Michel Vaillant

    Michel Vaillant. Nouvelle saison, tome 1 : Au nom du fils. Philippe Graton, Denis Lapière, ...

    Un voyage en Alzheimer qui ne s’oublie pas

    Ceux qui me restent, Damien Marie (scénario), Laurent Bonneau (dessinateur). Editions Grand Angle, 152 ...

    Lanfeust ne s’ensable pas

    Lanfeust Odyssey, tome 5: le piège des sables, Christophe Arleston (scénario), Didier Tarquin (dessin). ...

    Zombies néchronologies, l’amoral de l’histoire

    Zombies néchronologies, tome 3: la peste, Olivier Peru (scénario), Stéphane Bervas (dessin). Editions Soleil, ...