De quoi faire une cène

    Un jour sans Jésus, tome 1 sur 6, Nicolas Juncker (scénariste), Chico Pacheco (dessin). Editions Vents d’Ouest, 48 pages, 11,50 euros.

    Jérusalem, le jour de Pâques en ce qui deviendra bientôt l’an 33 après J.C. Et justement, le corps du Christ, tout juste décroché de sa croix après son martyre a disparu de son tombeau ! Hormis Jean enthousiasmé par ce nouveau miracle, les autres disciples sont dubitatifs, voire accablés. Certains imaginent un mauvais coup des Zélotes pour déclencher leur révolution, ou de Barrabas, le voleur tout juste libéré à la place de Jésus et qui se verrait bien prendre la tête du mouvement contre Rome. Les Romains, justement, en viendraient en prendre au pied de la lettre le rituel chrétien disant qu’ils “mangeaient le corps du Christ”. Et le roi Hérode, lui, a déjà fort à faire avec sa femme Salomé, au vraiment sale caractère et toujours à la recherche d’une tête de prisonnier sur un plateau…

    Si la bande dessinée peut se piquer parfois d’un supplément de spiritualité chrétienne, comme le récent La Cire moderne, ce n’est pas trop le cas d’Un jour sans Jésus. Cette nouvelle série prévue en 6 tomes est au Nouveau Testament ce que Kamelott est la légende du roi Arthur : une vision profane, anachroniquement assumé et à l’humour déconnant. Une relecture très prosaïque et politique de la disparition de Jésus Christ plutôt réussie et drôle pour l’instant, dans une ambiance qui rappelle aussi forcément La vie de Brian des Monthy Python par son ton très décalé (nonsense british en moins). Et le suspense est finalement bien conservé à la fin de ce premier tome, qui clos aussi le premier jour de la disparition/résurrection.

    De son côté, sans être exceptionnel, le dessin de Pacheco est très lisible et apporte la légèreté nécessaire à cette relecture inédite. A noter enfin qu’il ne faudra pas attendre deux millénaires pour avoir la suite. Le prochain tome est annoncé pour ce début février et les suivants sous un rythme mensuel !

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    L’amour explosif de Largo winch

    Largo Winch, tome 19: chassé-croisé, Philippe Francq (dessin), Jean Van Hamme (scénario). Editions Dupuis, ...

    Un sacré Loulou

    Loulou, l’incroyable secret, Grégoire Solotareff, Jean-Luc Fromental, editions Rue de Sèvres, 64 pages, 12,50 ...

    Un homme à l’amer

    Bleu amer, Sylvère Denné (scénario), Sophie Ladame (dessin). Editions La Boîte à bulles, 112 ...

    Le “Canard enchaîné” encore remplumé

     L’Incroyable histoire du Canard enchaîné – édition 2019 augmentée, Didier Convard (scénario), Pascal Magnat ...

    Chapeau, le Chat !

    Le Chat passe à table, Philippe Geluck. Editions Casterman, coffret de 2 albums de ...

    Les légendaires “Jean-Guy” du Québec reparaissent

    La légende des Jean-Guy, Claude Cloutier. Editions La Pastèque, 56 pages, 16 euros. Parution ...