“Demon” entre dans une nouvelle dimension

    Demon, vol.2, Jason Shiga. Editions Cambourakis, 224 pages, 22 euros.

    Après le road movies trépidant du tome 1, le rythme se ralentit et tourne presque à l’introspection au début de ce tome 2.
    Son identité découverte et ayant découvert sa faculté démoniaque à prendre possession de la personne la plus proche de lui lorsqu’il décède, Jimmy Yee va très scientifiquement tenter d’analyser ses nouveaux pouvoirs (à travers de nouveaux massacres: un musicien, un haltérophile, un peintre – afin de voir s’il récupère les dons innés des victimes, voire même d’un singe, avec la confirmation que la transmutation ne fonctionne qu’entre humains). Un flash-back va également permettre de saisir la raison du hold-up absurde et raté qui a déclenché tout le processus. Et de distinguer le vrai objectif de Jimmy Lee : venger sa famille en tuant le conducteur alcoolique qui est à l’origine de leur mort. Mais l’inspecteur Hunter et ses hommes de l’OSS tendent aussi leur filet, afin de recruter Jimmy pour une dangereuse et primordiale mission d’espionnage. Et de nouvelles révélations (qu’il serait dommage de révéler plus avant pour ne pas se priver de la surprise) vont donner encore une autre dimension à l’histoire…

    La réflexion presque métaphysique sur le corps et l’esprit, l’importance du mental, qui débute ce tome 2, est une habile et amusante déconstruction des éléments du volume précédent. Et une manière de prendre le lecteur à contrepied. Le “voyage” délirant d’un corps à l’autre, qui était au coeur de l’histoire devient en effet cette fois presque anecdotique, périphérique. Simple support d’une nouvelle orientation donnée à cette intrigue toujours aussi dingue. Voire même, de plus en plus dingue, paradoxalement alors qu’une réponse “rationnelle et scientifique” va être apportée sur le phénomène démoniaque et que l’intrigue paraît ensuite bifurquer vers un thriller d’espionnage farfelu. Avant de changer encore de direction.

    Mais, comme le héros le dit lui-même (page 29) “la théorie importe moins que la pratique” et l’action est toujours bien présente. Notamment, pour ne citer que celle-ci, lors d’une séquence virtuose d’accident ferroviaire qui va voir un démon passer de… mort en mort pour arriver à s’en sortir finalement. Arrivé à mi-parcours (puisque cette web série recomposée fera l’objet de quatre volumes), Demon reste toujours autant jubilatoire et bluffant, mais se voit lesté désormais d’une dimension quasi-métaphysique, enrichie d’émotion, à travers la volonté qu’a Jimmy de retrouver sa fille par tous les moyens.
    Et le style toujours aussi minimaliste permet d’autant plus d’embrasser toutes les dimensions du projet.
    Bref, on n’a pas fini de se faire balader par Jason Shiga. Avec un plaisir qui n’a d’égal que l’admiration que l’on peut avoir pour la construction intellectuelle mise en route par l’auteur californien.

    Rendez-vous maintenant à l’automne pour le troisième volume. Et, apparemment, pour un nouveau bond encore dans les aventures de Jimmy Yee !

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Cloué sur place de terreur avec “Seuls”

    Seuls, tome 11: les cloueurs de nuit, Fabien Vehlmann (scénario), Bruno Gazzotti (dessin). Editions ...

    Grand reportage sur les derniers jours de Che Guevara

    Reporter, tome 2 : les derniers jours du Che, Laurent Granier et Renaud Garreta ...

    Une idée de cadeau pour Noël (1/8): Le cas Binet à l’honneur

    Binet, les grands crus classés de Fluide glacial, collectif. Editions Fluide glacial, 96 pages, ...

    Bestiarius, arène fantastique

    Bestiarius, tomes 1 à 4, Masasumi Kakizaki (scénario et dessin). Editions Kazé, 192 pages, ...

    Le Chevalier errant et le Trône en fer rouillé

    Le chevalier errant, Ben Avery (scénario), d’après une nouvelle de George R.R. Martin, Mike ...

    toujours sexy, Gung Ho

    Gung Ho, tome 3: Sexy Beast, Benjamin Von Eckartsberg (scénario), Thomas Von Kummant (dessin). ...