Des Balles perdues qui atteignent leur cible

    Balles perdues_couvBalles perdues, Walter Hill (scénario), Matz (adaptation et traduction), Jef (dessin). Editions Rue de Sèvres, 128 pages, 18 euros.

    Réalisateur reconnu en cinéma d’action (on lui doit notamment les mythiques Guerriers de la Nuit et autre Street of Fire dans les années 80 ou, plus proche le Gang des frères James), scénariste notamment du Guet-Apens de Peckpinpah, Walter Hill se lance pour la première fois dans la bande dessinée avec Balles perdues. Sans surprise, une histoire violente, sombre et noire, dans l’Amérique du début des années 30.

    Extrait de prison de façon rocambolesque par la mafia de Chicago, un tueur, Roy Nash, se voit confier la mission de retrouver les trois auteurs d’un braquage qui ont un peu oublié de partager. Cette mission se double pour Nash d’une quête plus personnelle puisque Lena, son ex, a été emmenée par l’un des gangsters. Après un prélude dans l’Arizona, aidé par son mutique chauffeur noir et un flic à la moralité discutable, l’affaire se réglera à Los Angeles, à coups de mitraillettes Thompson. Et où beaucoup de balles perdues atteindront, malheureusement, leur cible…

    Voilà un polar d’un grand clacissicisme (que l’on verrait bien à l’écran, assez logiquement pour une histoire qui est au départ un scénario de film), dans la grande tradition des histoires de gangsters américains des années 30. Adapté par Matz (scénariste de la série Le Tueur), Balles perdues a aussi tout de la tragédie moderne.

    Le choix de la période de la prohibition accentue encore ce côté mythique. L’époque et toute la mythologie américaine qui est associée, est bien restituée par le dessin de Jef. Dans un découpage lui aussi très cinématographique, alternant entre des plans larges qui donnent toute leur majesté aux décors (du bled paumé dans le désert en Arizona à Monument Valley ou aux bars glauques de L.A.) et des cases plus resserrées sur l’action et les personnages (seul petit bémol, les personnages souffrent un peu d’un trait un peu trop appuyé). Mais l’ambiance, renforcée par des tonalités sombres et sépia, fonctionne et l’épilogue  – prévisible – vient apporter un point final qui boucle bien l’histoire.

    ballesperdues_planche

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    L’ombre flamboyante des Elfes

    Elfes, tome 8: la dernière ombre, Olivier Peru, Bileau. Editions Soleil, 56 pages, 14,50 ...

    Heureux qui comme Ulysse a fait des beaux Voyages

    Les voyages d’Ulysse, Emmanuel Lepage, Sophie Michel (scénario), Emmanuel Lepage, René Follet (dessin). Editions ...

    Au coeur des ténèbres du monde d’après

    Le lendemain du monde, Olivier Cotte (scénario), Xavier Coste (dessin). Editions Casterman, 152 pages, ...

    Du bon temps avec Cyann

    Le cycle de Cyann, tome 5 : les couloirs de l’entretemps. François Bourgeon, Claude ...

    Les Profs à la fête, vingt ans après

     Les Profs, Spécial 20 ans, Erroc et Sti (scénario), Pica, Léturgie & co (dessin), ...

    Le retour des petits Oms

    Oms en série, tome 2: l’exom, Jean-David Morvan (scénario), d’après le roman de Stefan ...