Couacs sans fausses notes sur un quinquennat très gauche (à défaut d’être de gauche)

    La république des couacs501 LA REPUBLIQUE DES COUACS[BD].indd, Aurel (dessin), Renaud Dély (scénario). Editions Glénat, 96 pages, 15,50 euros.

    Après avoir consacré des albums centrés sur Sarkozy puis Hollande, Dély et Aurel élargissent la focale dans leur nouvel ouvrage, toujours consacré aux nouvelles péripéties et turpitudes de la présidence française. En huit chapitres et sept sujets. Florange et le naufrage du site sidérurgique lorrain a droit, en effet, à deux chapitres. Le premier sur les engagements du candidat Hollande “aux côtés des ouvriers”, puis la conclusion tragi-comique de la “nationalisation” puis de la “retraite” face à Mittal.
    Autres temps forts des deux premières années du quinquennat mis en avant: le débarquement de Delphine Batho du ministère de l’écologie, Moscovici qui popularise le “ras-le-bol fiscal”, l’affaire Léonarda (bien oubliée aujourd’hui, d’ailleurs), les tensions entre Christiane Taubira et Manuel Valls autour de la réforme de la justice, le pacte de responsabilité et, enfin, l’apparition des “frondeurs” socialistes. Deux ans de mandat qui retrouvent du relief et une cohérence d’ensemble, dans leurs incohérences…

    Le “couple” Aurel-Dély fonctionne bien et a su trouver le bon ton pour raconter, de manière à la fois ludique et pédagogique, l’histoire politique récente, avec un traitement à la fois journalistique et légèrement satirique.

    Cette fois, en multipliant les personnages, pas si secondaires, ils prenaient le risque de s’éparpiller. Ce n’est pas le cas et c’est toujours aussi salutaire. A l’époque de l’instantanéité et de l’info-kleenex et alors qu’apparemment François Hollande connaît une remontée miraculeuse dans l’opinion, ces rappels de quelques “grands moments” depuis 2012 permettent de saisir, en creux, un certain air du temps de la “gauche de gouvernement”. Et cela sans caricaturer.

    Si les auteurs forcent logiquement le trait, l’album n’a rien du réquisitoire facile, poujadiste ou gauchiste. Aurel et Renaud Dély se plaisent plutôt à dessiner des caractères. Même si, sur ce point, s’il se montre toujours aussi expressif, Aurel est nettement plus approximatif dans ses portraits que d’habitude.

    A travers cette galerie de personnages, une certaine vérité surgit. François Hollande, par exemple, apparaît plus complexe que son portait facile de “flamby”, grand mou inconsistant. Ici, à travers l’analyse du rédacteur en chef du Nouvel Obs, il apparaît surtout comme très politique, mais refusant les conflits, privilégiant la synthèse… même quand elle est impossible. Autour de lui, de forts caractères s’affrontent, tous plus ou moins caractériels (ou sous pression à cause de leurs postes): Valls, Taubira, Batho, Montebourg, personne n’est vraiment épargné. Mais tous ont aussi leur logique et leur cohérence.

    République des couacs_vignettePas de “scoops” dévoilés ici (“l’affaire du scooter” et de Valérie Gayet est remise à sa juste place, accessoire), mais une présentation fine et détaillée des échanges avec Lakshmi Mittal qui, à défaut de relégitimer Hollande, permettent de mieux comprendre sa décision finale.

    Et puis, côté “picard”, la révélation que “Xav” et “Pierrot” – à savoir Xavier Bertrand et Pierre Moscovici – sont voisins de vacances du côté de l’Ile rousse, en Corse, où ils ont l’habitude de partager, en copains, un verre de rosé au café Les Platanes !  Autre Picard à l’honneur dans l’album, Emmanuel Macron. Plutôt raté, côté dessin, mais portraituré en homme de confiance indispensable au président et comme le vrai responsable du changement social-libéral à l’Elysée.

    Ni bêtement à charge, ni polémiques, ces Couacs illustrent bien la description d’un “pays de la gauche“, évoqué en introduction, où “rien n’est simple, tout est compliqué“. Au moins, après avoir lu (avec plaisir) cet album, aura-t-on l’impression d’avoir un peu mieux compris ce qui s’est passé avec cette gauche vraiment gauche, à défaut d’être vraiment à gauche.

    La république des couacs-planche

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Terres de rêves

    [media id=6 width=320 height=240] Terres de rêves Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis ! ...

    Cucu pas cucul !

    Cucu la praline n’a pas froid aux yeux, Fanny Joly (texte) Ronan Badel (illustration). ...

    Costaud, l’atelier Mastodonte

    L’atelier Mastodonte, Alfred, Guillaume Bianco, Julien Neel, Cyril Pedrosa, Tébo, Lewis Trondheim, Yoann, éditions ...

    L’envol de catastrophes en série

    Seul survivant, tome 1 : Atlanta-Miami, Christophe Martinolli et Thomas Martinetti (scénario), Jorge Miguel ...

    Avec la nouvelle génération l’enchantement perdure

    Le grand mort, tome 3 : Blanche, de Régis Loisel, Jean-Blaise Djian, Vincent Mallié, ...

    Le bateau de Thésée, à contre-courant et à contre-temps

    Le bateau de Thésée, tomes 1 et 2, Toshiya Higashimoto (scénario et dessin). Editions ...