Des étoiles de métal plein les yeux

    Decender_1_couvDescender, tome 1: étoiles de métal, Jeff Lemire (scénario), Dustin NGuyen (dessin). Editions Urban Comics, 152 pages, 10 euros.

    Après Saga, début d’une nouvelle série portant très haut les couleurs de la science-fiction, judicieusement éditée chez Urban Comics. Version plus hard SF cette fois.

    Dans une lointaine galaxie, le Conglomérat galactique unifié (CGU) tente de faire règner l’ordre, dix ans après l’assaut des “Moissonneurs”, des robots géants surgis de nulle part qui ont ravagé les neuf planètes majeures de la confédération. Depuis, une rage “robophobe” s’est emparée de la population humaine (ou humanoïde) menant à des “botgroms” brutaux. C’est dans ce monde ou l’on a appris à haïr les mécaniques que le CGU prend connaissance du réveil de Tim-21 sur la lune Dirishu-6. Ce petit droïde de compagnie détiendrait, à son insu, l’héritage des Moissonneurs. Et peut-être la clé de la compréhension du phénomène.
    Une équipe menée par la capitaine Telsa et le Docteur Quon, spécialiste de robotique et le créateur de la série des Tim, est envoyée sur place. Les premières révélations vont être aussi surprenantes que douloureuses…

    Un "Moissonneur". Impressionnant.
    Un “Moissonneur”. Impressionnant.

    Des planètes rivales, des robots, une menace interstellaire mystérieuse, un petit robot humanoïde qui pourrait détenir la clé de l’avenir de la civilisation. Descender brasse beaucoup de fondamentaux des classiques de la science-fiction, de Star Wars aux règles de la robotique d’Isaac Asimov (avec un clin d’oeil à Philippe K.Dick et à ses robots rêveurs). Et le personnage de Tim-21, par sa candeur innocente et son regard étonné rappelle le David d’A.I., le film de Spielberg.

    Mais au-delà de ses références, Jeff Lemire développe une trame qui lui est propre et qui semble propre à développer un vrai univers. L’intérêt, aussi, de cette série enthousiasmante, est d’aborder le genre à la fois sous l’angle de la grande saga d’ampleur galactique (avec ses étranges Moissonneurs, mais aussi le racisme anti-robots, l’origine mystérieuse et peut être bien très ancestrale de l’art de la robotique…) et de l’aventure spectaculaire et personnelle, autour du destin de Tim-21 et de ses deux acolytes, le chien-robot Bandit et le puissant Foreur. Trois machines très “humaines” qui donnent, paradoxalement, un supplément d’âme au récit.

    La réussite de ce premier volume tient aussi à son traitement graphique. Le train fin et la mise en couleur directe de NGuyen apportent une envoutante beauté et une sensualité à cet univers très mécanique.

    Desender_1_planche

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Quinze ans de Benjamin Lacombe dans un beau livre

     Curiosities, monographie de Benjamin Lacombe. Editions Daniel Maghen, 304 pages, 35 euros. Si l’éditeur ...

    L’ombre flamboyante des Elfes

    Elfes, tome 8: la dernière ombre, Olivier Peru, Bileau. Editions Soleil, 56 pages, 14,50 ...

    20/20 pour La Revue dessinée

    Nouveau numéro, et vingtième livraison toujours aussi intéressante, pour La Revue dessinée, qui prend ...

    Nouveau départ et belle arrivée au bout du Bel âge

    Le bel âge, tome 3 : Départs, Merwan. Editions Dargaud, 104 pages, 16,45 euros. ...

    Israël sauce piquante, deux regards apaisés sur le conflit israélo-palestinien

    La petite bédéthèque des savoirs, tome 18 : le conflit israelo-palestinien, Vladimir Grigorieff (texte), ...

    L’Europe en forme de conte pour enfants

     L’Europe en BD, Nathalie Loiseau (scénario), Nathalie Desforges (dessin). Editions Casterman, 48 pages, 12,95 ...