Des histoires à se mordre la queue

    histoire sans queue ni tête-couvHistoire imaginaire sans queue ni tête, Yulia Horst (texte), Daria Rychkova (illustration). Editions Actes Sud Juniors, 40 pages, 16 euros.

    Si les gens avaient des queues d’animaux, la vie serait différente mais personne ne s’en rendrait compte. Parce qu’avoir une queue, ce serait aussi normal que d’avoir des bras ou des jambes.” Tel est le point de départ de Yulia Horst et Daria Rychkova dans leur Histoire imaginaire sans queue ni tête.
    S’étalent alors toute une série de personnages et de mises en situations. Ceux qui n’aiment pas leur queue, ceux qui se font marcher sur la leur, des queues adaptées aux différentes carrières professionnelles, celles que les femmes camouflaient jadis dans un corset, les styles de queues à travers les modes, crocodile, singe, renard, pie, chat, castor, dindon… Tout y passe. Et au fil des pages, Yulia Horst et Daria Rychkova font réfléchir sur différents aspects de la société passée et contemporaine.

    histoires sans queue ni tête-caseDes dessins à la mine de plomb brute ou des gouaches éclatantes très inspirées et originales. Un travail truffé de petits détails intelligents et surtout des illustrations bien rigolotes. Des quoi passer de beaux petits moments à décortiquer cette Histoire sans queue ni tête. Pour finir, les auteurs proposent de choisir comment serait notre queue, exemples à l’appui et d’imaginer qu’elle serait alors notre quotidien.

    Traduit du norvégien, ce livre a été primé Meilleur premier album de l’année 2014 par la foire internationale de Bologne.

    Par Gaëlle Martin

    histoires sans queue ni tête-planche

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Seule survivante

    Seul survivant, tome 2 : Bossa nova club, Christophe Martinolli et Thomas Martinetti (scénario), ...

    Le squelette d’une saga baroque

    Monsieur Mardi-Gras Descendres, tome 0 : le Facteur Cratophane, Eric Liberge. Editions Dupuis, 160 ...

    Marc Dubuisson fait exploser l’open space et le djihadisme

    Amour, djihad & RTT, Marc Dubuisson. Editions Delcourt, collection Pataquès, 80 pages, 12 euros. ...

    L’OM au sommet

    Droit au but, tome 15: le foot au sommet, Thierry Agnello et Charles Davoine ...

    Melvile hantée et habitée

    Melvile, l’histoire de Samuel Beauclair, Romain Renard, éditions Le Lombard, 136 pages, 19,99 euros. ...

    L’Apocalypse fait tapisserie

    La bête de l’apocalypse, Lucien Rollin, Rodolphe, éditions Glénat, 48 pages, 13,90 euros. Moins ...