Des vikings du côté de Sherwood

    Walhalla_tome 2_couvWalhalla, tome 2: du côté de Sherwood, Nicolas Pothier (scénario), Marc Lechuga (dessin). Editions Glénat, coll.Treize étrange, 48 pages,

    Toujours à la recherche d’une terre d’accueil pour leur village menacé par l’irruption imminente d’un volcan, le trio de guerriers vikings a quitté l’Ecosse, terre de leurs premières aventures. Lesté d’un mouton et d’une guerrière au mauvais caractère, leur drakkar emporté par la tempête vient se fracasser sur les falaises du côté de la forêt de Sherwood. Bromur et Dahmar se retrouvent sur la lande et bientôt au château du roi Jean. De leur côté, Kilt, Rudolf et le mouton Bernard – qu’ils croient morts en mer – ont été projetés directement au coeur de la forêt de Sherwood, où ils vont croiser la bande à Robin des Bois. Séparés et pris pour des Français, les deux groupes vont alors être instrumentalisés par les deux camps… en pleine campagne électorale. Pendant ce temps, au village de Rhvar, le volcan prend de l’activité et le “Tüb”, outil magique permettant de communiquer à distance à des ratés…

    Après une arrivée réussie dans le champ des bandes dessinées d’humour historiques à la Astérix, Walhalla confirme ses bonnes dispositions avec ce deuxième tome. Usant toujours de jeux de mots, de calembours et d’anachronismes à profusion, dans une joyeuse bonne humeur, Nicolas Pothier renverse aussi l’image traditionnelle du preux Robin des Bois s’opposant au méchant roi Jean. Ici, le premier est un monarchiste réac tandis que le second ambitionne de faire de l’Angleterre une république (et a même, avec Lady Marianne, un symbole tout trouvé…). En fait, les personnages vont se montrer guère différents, tous deux partageant au final, la même soif de pouvoir personnel. Avec une galerie de personnages (et de noms) drôlatiques, l’humour de Pothier est aussi subtil que le trait de Marc Lechuga est vif et enlevé. Et, à défaut d’avoir trouvé la terre promise, ces Vikings ont ouvert une bonne voie.

    Walhalla_tome 2_planche

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Oh dis, c’est Lanfeust le meurtrier !

    Lanfeust Odyssey, tome 3: le banni d’Eckmül, de Christophe Arleston et Didier Tarquin, éditions ...

    Dans les coulisses de la mort de Staline

     La mort de Staline – l’intégrale (réédition), Fabien Nury (scénario), Thierry Robin (dessin). Editions ...

    En couleurs mais toujours noir

    Black Dog, Jean-Claude Götting (scénario), Jacques Loustal (dessin). Editions Casterman, 88 pages, 18 euros. ...

    Colonel Amos : un nouveau XIII Mystery pas manchot

    XIII Mystery, tome 4 :  Colonel Amos, de François Boucq et Didier Alcante, éditions ...

    L’Esprit sain du 11 janvier

    L’esprit du 11 janvier, une enquête mythologique, Serge Lehman (scénario), Gess (dessin). Editions Delcourt, ...

    De quoi tourner Kazakh

    YERZHAN, t.1: fugitifs, de Régis Hautière et Efa, ed. Delcourt, 48 pages, 13,50 euros. ...