Dog fights, tome 3 : hallali, Fraco, Régis Hautière, éditions Paquet, 48 pages, 

    L’envol a été long, mais l’atterrissage parfaitement maîtrisé. Débutée en 2005, avec Crash TV, poursuivi deux ans plus tard par Ceux qui vont mourir, Dog Fights se termine donc en ce printemps avec la fin de la trilogie : Hallali. Un petit rappel s’impose afin de se replonger dans cette saga d’action et d’humour faisant la part belle à la plastique des avions et à celle des personnages féminins…

    Dans une futur de moins en moins lointain, se prépare le plus grand show de l’histoire de la télévision, Check your six, un duel acrobatique produit par la chaîne Channel 66 entre deux équipes d’aviateurs à base de “battles” aériennes, les “rouges” menés par Kitty Fury et les “bleus” de Coleman et Sulfato. En parallèle, un cabinet de détectives minable recherche à New York le fils trentenaire et trader d’une vieille dame ; une disparition qui va s’avérer plus compliquée que prévue et aux ramifications imprévues. A la fin du premier tome, on retrouvait en effet le fils suicidé (ou assassiné ?) dans un hôtel louche du Bronx… et les équipes de Check your six recevaient des mitrailleuses pour la seconde phase du jeu ! Dans le tome suivant, les pistes reliant Channel 66, son présentateur vedette (Pat Buchanan !) et l’enquête des détectives Lindberg, Tonino et Paddy se confirmait. Et les meurtres continuaient, dont celui de Vito, le cousin italien de Tonino, sur le point de lui faire des révélations sur le commanditaire de la mort de Salomon Ben Bessan. Et le final laissait de nouveau haletant, entre la destruction – façon remake de Pearl Harbor – de l’escadrille des bleus et le kidnapping de la (jolie) soeur du défunt Vito… tout juste sortie de la douche. Un cliffhanger d’autant plus prenant… qu’il a tenu six ans !

    Cette fois, ainsi que le révèle déjà la belle couverture du troisième tome, l’action se recentre et converge vers New York. Et ça commence très fort. Les bleus ayant manifestement récupéré d’autres appareils, la nouvelle bataille aérienne s’achève par un pilote rouge “impulsif” tirant une rafale dans le public ! Et ça continuera sur ce même rythme trépidant, avec bandits albanais, parrain mafioso au look de Marlon Brando dans le Parrain et réunion de l’ensemble des protagonistes au lendemain d’une finale particulièrement mouvementée.

    Avec son mélange de polar à la Chandler, de combats aériens homériques et d’un arrière-fond de satire jubilatoire (et un brin visionnaire) sur les dérives de la télé-réalité, Dog Fights, fait un peu figure d’ovni – tout comme les aéroplanes dessinés par Fraco (mélange de chasseurs US de la deuxième guerre mondiale et d’hommage à ceux de Porco Rosso de Miyazaki). Mais le lecteur ne s’y sent jamais étranger. Le récit s’imbrique bien entre ces deux univers et se développe avec fluidité jusqu’à son épilogue, classique mais pas décevant. Un petit manifeste punk rigolo masqué derrière des couleurs acidulées (seul reproche, un peu affadies dans ce dernier tome) et un trait très “franco-belge”. Ou, pour résumer, le slogan de Check your six vaut aussi pour la série : des avions, de la baston et des filles en short. Dans les deux cas, ça cartonne bien !

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Une maison de la plage pleine de vie

    La Maison de la plage, Séverine Vidal (scénario), Victor L. Pinel (dessin). Editions Marabulles ...

    Vents contraires : une belle plante qui a bien poussé

    VENTS CONTRAIRES, moissons rouges, t.2/2, Régis Hautière et Ullcer, ed.Delcourt, 56 pages, 13,95 euros. ...

    Sardine, dix ans dans l’espace comique

    Sardine de l’espace, tome 10  : la reine de l’Afripe, d’Emmanuel Guibert et Mathieu ...

    Avec Mirages, la réalité de Will n’est que talent

    Mirages, de Will, par Vincent Odin, Editions Daniel Maghen, 408 pages. 59 €. Pour ...

    Avec Luz, l’horreur est humaine

    ô vous, frères humains, Luz (d’après l’oeuvre d’Albert Cohen). Editions Futuropolis, 136 pages, 19 ...

    Tintin reprend des couleurs chez les Soviets

    Tintin au pays des Soviets (version en couleurs), Hergé. Editions Moulinsart / Casterman, 144 ...