Du bon temps dans le beau jardin des souvenirs

    Jardin de minuit_couvLe jardin de minuit, Edith, d’après le roman de Philippa Pearce. Editions Soleil / coll.Noctambule, 98 pages, 17,95 euros.

    Après La chambre de Lautréamont, Edith revient d’une autre manière sur l’univers des songes, en adaptant un classique de la littérature jeunesse anglaise, Tom’s Midnight Garden.

    Placé en quarantaine à cause de la rougeole de son frère, Tom,  un petit garçon anglais est envoyé chez son oncle et sa tante, dans leur triste bâtisse. Les bons petits plats de tante Gwen ne parviennent pas à ôter l’ennui de ses journées solitaires. Mais un soir, il entend la vieille horloge du couloir sonner… treize coups. Intrigué, il se lève et va ouvrir la porte de l’arrière-cour, où il découvre un immense et magnifique jardin. Irrésistiblement attiré, il va mieux multiplier les visites afin de mieux connaître cet étrange endroit et ses habitants, dont une petite fille, Hatty, qui paraît vivre à l’époque victorienne et qui semble être la seule à le voir. Ne pouvant se confier qu’à travers les lettre qu’il envoie à son frère malade, Tom va chercher à percer les secrets de cet univers où le temps ne semble pas s’écouler de la même manière…

    Le label Noctambule était tout adapté pour accueillir ce joli roman graphique, naviguant entre réel et imaginaire, passé et présent, fantômes et souvenirs, au rythme des déambulations nocturnes de son petit héros. Et Edith en fait une belle adaptation, pas uniquement destiné à un public jeunesse.

    Ici, le lecteur se met dans les pas de Tom et va, comme lui, de découvertes en découvertes et d’étonnements en étonnements. Et de l’émerveillement devant la luxuriance du jardin à la curiosité de découvrir la vie d’Hatty. Les contrepoints entre l’atmosphère bourgeoise victorienne et la réalité urbaine étriquée moderne des années 50-60 sont bien suggérés. Avant qu’un dénouement (un peu prévisible mais finement amené) ne donne toutes les clés de compréhension de ce que l’on a vu. Ou cru voir. Avec un trait simple mais expressif et une mise en couleurs délicate, cette adaptation offre un beau moment de rêverie hors du temps.

    jardin minuit_planche

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Renaud Dillies toujours de très bon goût

    Saveur Coco, Renaud Dillies, éditions Dargaud, 80 pages, 16,45 euros. Il n’est pas sûr ...

    Pourquoi ces petites fables contemporaines de Christophe Chabouté séduisent autant

    Fables amères, tome 2: détails futiles, Christophe Chabouté. Editions Vents d’Ouest, 104 pages, 13,90 ...

    Tel Aviv sur le vif

    K.O. à Tel Aviv 2, Asaf Hanuka. Editions Steinkis, 96 pages, 16,95 euros. Alors ...

    Philippine Lomar a toujours du coeur

    Les enquêtes polar de Philippine Lomar, tome 2: le braqueur des coeurs, Dominique Zay ...

    Mauvaises ondes

    Zone blanche, Jean-Claude Denis, éditions Futuropolis, 72 pages, 16 euros. Dernier ouvrage en date ...

    Le diamant noir du Kebek

     Kebek, Philippe Gauckler. Editions Daniel Maghen, 88 pages, 19,50 euros. Tout a commencé par ...