Elephant Man émouvant en BD aussi

    Joseph Carey Merrick, Denis Van P, éditions Sandawe, 74 pages, 16,95 euros.

    John Merrick, plus connu sous son surnom d’Elephant Man. Lorsque l’on songe à cet Anglais difforme de la fin du XIXe siècle au destin tragique, on pense forcément au film qu’en a tiré David Lynch et à la performance de John Hurt dans le rôle titre. Désormais, peut-être que l’image du personnage dessiné par Denis Van P, avec ses grands yeux tristes s’imposera-t-il également. Venue de loin (la genèse du projet remonte à 2004) et mûrement réfléchie, cette première biographie en bande dessinée séduit par son humanité. Après un prologue pas forcément indispensable, mais un beau fondu enchaîné de transition entre l’Egypte ensoleillé et les bas fonds londoniens, le récit biographique suit un cours linéaire. Enfance malmenée, péripéties d’une vie de forain et d’exploitation, retour très difficile de Bruxelles à Londres et enfin, les retrouvailles avec le bon docteur, qui offrira à John Merrick quelques années d’apaisement avant une mort prématurée à moins de 30 ans.

    Le contraste surprend au départ, entre le dessin semi-réaliste et les propos, pour le coup hyper-réalistes et durs. Mais le charme opère vite. Avec notamment ce fond noir et ses larges marges jouant la similitude avec les vieux films. Le récit de cette triste existence émouvra forcément, tout comme la bonté naïve du personnage, jamais aigri et émerveillé des choses de la vie.

    Long est le chemin qui mène de l’enfer à la lumière“, conclut Denis Van P dans le dossier qui complète les planches. C’est vrai pour le destin d’Elephant Man et aussi pour le temps qu’il a fallu pour permettre de faire naître cet album. Notamment grâce au financement participatif promu par la plateforme collaborative Sandawe (les 277 édinautes ayant contribué au financement de l’oeuvre à hauteur de 31 000 euros) son nommément remerciés en début de l’album). Dans les deux cas, l’enjeu valait le coup.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    • voxeur fabrice

      MAGNIFIQUE BD. J AI BEAUCOUP AIME. LE FILM DE DAVYD LYNCH A BOULEVERSE DES MILLIONS DE GENS DANS LE MONDE DONT MOI. J ACHETE TRES TRES RAREMENT DES BANDES DESSINEES MAIS CONCERNANT CELLE CI J AI FAIT UNE EXCEPTION. BRAVO ET MERCI POUR TOUT CE TRAVAIL RENDANT JUSTICE AU PLUS DESHERITE DES HOMMES DE SON PROPRE PAYS.

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Petites fables de favela

    Rua Viva ! tome 1: Noticias, El Diablo (scénario), Julien Loïs (dessin). Editions Aaarg !, ...

    Silver Wolf, une vorace mise en bouche

    Silver Wolf – Blood, Bone, tome 1, Tatsukazu Konda (scenario), Shimeji Yukiyama (dessin). Editions Kurokawa, ...

    Retour final dans l’enfer australien

    BACK TO PERDITION, tome 2, de Damien Marie et Vanders, ed.Vents d’Ouest, 56 pages, ...

    Le feu retombe pour Koralovski

    Koralovski, tome 3: des horizons de feu. Philippe Gauckler. Editions du Lombard, 48 pages, ...

    La vie devant Manuele Fior

    La vie devant soi, Emile Ajar (Romain Gary) illustré par Manuele Fior. Editions Futuropolis, ...

    Drones de drame

    Drones, tome 1: le feu d’Hadès, Sylvain Runberg (scénario), Louis (dessin). Editions Le Lombard, ...