Epiphanie boréale avec des renards pendus

    fore%cc%82t-des-renards-pendus_couvLa forêt des renards pendus, Nicolas Dumontheuil, d’après le roman d’Arto Paasilinna. Editions Futuropolis, 144 pages, 21 euros.

    Depuis une vingtaine d’années maintenant et son remarqué Qui a tué l’idiot ? Nicolas Dumontheuil amène sa touche de fantaisie, de réjouissante fraîcheur et d’humour volontiers burlesque dans le neuvième art. Et cela même en s’attaquant à des thèmes qui n’incitent pas franchement à la rigolade (comme la Première Guerre mondiale, par exemple, dans son Roi cassé). De son côté, Arto Paasilinna n’est pas en reste, en matière de loufoquerie et de personnages déglingués. L’adaptation en bande dessinée du second par le premier pouvait ainsi apparaître d’une parfaite logique. L’auteur du Landais volant étant particulièrement bien indiqué pour mettre en dessins l’univers du Finlandais fou.
    Et pour qui ne connaîtrait pas l’oeuvre de ce dernier, cet album apparaîtra s’inscrire pleinement dans l’oeuvre de Dumontheuil. Avec des personnages aussi déjantés que sympathiques (dans leur style), une intrigue rocambolesque et a priori absurde mais qu’on ne peut quitter qu’avec regret…

    Finlande, 1981, un gangster paranoïaque, Raphael Juntunen tente de mettre à l’abri ses lingots d’or, butin d’un braquage dont il avait réussi à se sortir, mais dont son équipier, arrêté, est sur le point de sortir de prison. Alors Juntunen met le cap au nord, vers le fin fond de la Laponie pour y enterrer son trésor dans ces territoires vierges de toute présence humaine. Ou presque. Bientôt, un ex-major de l’armée, alcoolique, vient s’incruster et devient même son salarié. Il sera ensuite rejoint par une nonagénaire, en fuite pour ne pas aller croupir dans une maison de retraite, puis par deux affriolantes jeunes femmes “professionnelles” recrutées par le major dans un moment d’ébriété.
    Malgré leurs différences, leur thébaïde arctique va fonctionner en pleine harmonie. Mais le bonheur n’est jamais éternel et le retour du complice de Juntunen va changer la donne…

    Les couleurs, en bichromie bistre est sobre, mais c’est bien la seule chose dans cet album foisonnant et déconnant, cocasse et attachant. Si l’entrée dans cet univers interloque un peu, la folie douce des personnages gagne vite le lecteur. Et les 144 pages se lisent d’une traite, comme une plongée dans une épiphanie boréale et jubilatoire.

    Et les renards pendus ? Ils font partie d’un des pièges délicieux monté par les deux compères, pour un résultat aussi improbable (et plein d’humour noir) que toute cette histoire.

    fore%cc%82t-des-renards-pendus_planche

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Tous aux Abris !

    Abris, Emmanuelle Houdart. Editions Les Fourmis rouges, 32 pages,18 euros. Emmanuelle Houdart est une ...

    Avec “Fairyland”, Skottie Young le magicien ose le conte trash

    I hate Fairyland, tome 1: le vert de ses cheveux, Skottie Young. Editions Urban ...

    Le conte est bon et effroyable avez Oriol et Zidrou

    Les trois fruits, Zidrou (scénario), Oriol (dessin). Editions Dargaud, 80 pages, 16,45 euros. Après ...

    La nuit fièvreuse de Mayuko

    Les monstres de Mayuko, de Marie Caillou, éditions Dargaud, 64 pages, 19,95 euros. Parution ...

    Se retrouver autour de la BD

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis ! 0J'AIME0J'ADORE0Haha0WOUAH0SUPER !0TRISTE0GrrrrMerci !

    Les Etats-Unis dans la Grande Guerre en noir et blanc

    La Grande Guerre vue par les Américains, carnet du Cpt. Alban Butler Jr, de ...