Et pourtant, ils tournent toujours… au fond du bocal

    Le fond du bocal, tome 7, Nicolas Poupon. Editions Glénat, 64 pages, 12 euros.

    Mine de rien, ils en ont fait du chemin, les poissons rouges de Nicolas Poupon. Nés un peu par hasard, grandis comme strips séparés au sein du défunt magazine BoDoï, ils voguent désormais réunis en recueil… Ou parfois au gré des pages des quotidiens, comme ce fut le cas, en 2011-2012 au sein du Courrier picard. Et quel que soit le support, ils continuent toujours de tourner en rond au fond de leur bocal. Un bocal qui, à l’aube de ce septième recueil se rapproche de plus en plus de notre monde et de la critique contemporaine de ses excès.

    Au fil des albums, la petite troupe s’est étoffée. Cette fois, on retrouve, en forme de running gag, Madame Irma, la voyante, qui fait son beurre en prévoyant l’avenir voire même le passé (à des poissons qui ont 6 secondes de mémoire, ça crée un joli marché), mais aussi un ver de terre suicidaire, des poissons tour à tour philosophes ou cyniques, des parodies clin d’oeil aux septième art, le spectre de Fukushima et ses poissons mutants et même une Marine la panée aux ambitions nationalistes affichées et au dos carré.

    Ne négligeant pas l’autodérision et l’humour-gag, Nicolas Poupon se fait cependant plus sombre, avec l’évocation de la maladie d’Alzheimer, de la catastrophe nucléaire et de la montée de l’extrême droite (ce dernier point n’étant pas forcément celui traité avec le plus de bonheur). Il parvient, surtout, à se renouveler encore. Suffisamment, en tout cas, pour donner envie de replonger au fond de ce bocal.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Un Temple pas dépassé

    Le temple du passé, tome 1: entrailles, les univers de Stefan Wul, Hubert Boulard ...

    Roller Girl, ça roule bien

    Roller girl, Victoria Jamieson. 404 Editions, 240 pages, 9,95 euros. Le Roller Derby ? ...

    Plongée dans les nouveaux mystères d’Aquablue

    Aquablue, tome 13 : Septentrion, Régis Hautière, Reno. Editions Delcourt, 48 pages, 13,95 euros. ...

    XIII clair

    XIII, tome 23: le message du martyr, Yves Sente, Iouri Jigounov. Editions Dargaud, 48 ...

    Ragemoor, le château fort de Corben

    Ragemoor, Richard Corben, Label Delirium, 120 pages, 20 euros. Le label Délirium de Laurent ...

    Baby boum conjugal

    Babyboom, Jean Vautrin (scénario), Eugénie Lavenant (dessin). Editions La Boîte à bulles, 104 pages, ...