Et si l’humour, c’était aimer Fabcaro ?

    Et si l’amour, c’était aimer ? Fabcaro. Editions 6 pieds sous terre, 56 pages, 12 euros.

    Et oui, quoi de plus fort qu’un amour irrésistible ? Henri et Sandrine forment un beau couple, épanoui et amoureux. Il est patron de start-up, elle est femme au foyer énamourée. Mais un beau jour, Sandrine va tomber sous le charme de Michel, livreur de macédoine et surtout brun ténébreux au regard de braise. Dès lors, après une timide balade au zoo puis un repas au resto, leur relation va s’installer. Clandestine. Jusqu’au jour où une photo anonyme révélera leur idylle interdite à Henri. Et là, c’est le drame. Enfin, un rebondissement qui va en appeler d’autres, dans un tourbillon d’émotions et de passion.

    Quelqu’un capable de faire d’un homme ayant oublié sa carte de fidélité de supermarché l’ennemi public n°1 (dans l’excellent Zaï Zaï Zaï Zaï, Prix ACBD 2016 notamment) a déjà amplement démontré ses qualités d’auteur. Et sa capacité de faire rire avec tout. Voire, cette fois, de faire adorer le roman-photo aux plus allergiques du genre.
    Certes, il s’agit plus précisément ici d’un roman-photo dessiné (dans un style photo-réaliste épuré). Et certes encore, la trame romanesque habituelle s’étoffe ici déjà d’un lyrisme enflammé très particulier. Ainsi, au moment si attendu du premier baiser : “J‘ai trop envie de l’embrasser mais j’ai peur que ce soit pas du tout l’esprit… Elle va hurler et des femen vont venir me montrer leurs seins avec des insultes écrites dessus… Bon allez tant pis, au pire je dirai que j’ai pas fait exprès…

    Bref, inutile d’aller plus loin dans l’exégèse. Cet album est hilarant, de page en page. Pas un gros rire gras, mais, tout au contraire, un rire irrésistible, enrichi d’un humour subtil et absurde fait de décalages une fois encore assez situationnistes, de personnages déclamant des banalités désarmantes (et ce dès la première planche, voir ci-dessous), d’un jeu drôlatique avec des seconds plans on ne peut plus signifiants (la séquence de la balade au zoo est un grand moment) et même l’irruption d’intervenants extérieurs venant commenter l’action en train de se jouer. Un humour renforcé par le style volontairement très neutre et terne (en fond gris vert).

    Bref, un hommage appuyé aux romans-photos et à ceux à l’eau de rose, qui ne se raconte pas. Car, c’est comme la passion amoureuse. L’important, ce n’est pas d’en parler, c’est de la vivre. Ou, ici, de se plonger dans cette belle nouvelle histoire d’humour.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Missions spéciales, BD ou pas

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis ! 0J'AIME0J'ADORE0Haha0WOUAH0SUPER !0TRISTE0GrrrrMerci !

    la petite souris qui croque le monde

    L’âge d’or de Mickey Mouse, Tome 3 : 1939 / 1940 – Mickey contre ...

    Messie cloné et religion cathodique

    Punk rock Jesus, Sean Murphy, éditions Urban Comics, 224 pages, 17 euros. Après Joe, ...

    Les Bidochon à la pointe du progrès

    “Les Bidochon n’arrêtent pas le progrès”, t.20, de Binet, Ed.Fluide Glacial, 48 p., 10,40 euros. ...

    L’île mystérieuse de Kenji Tsuruta

    L’île errante, tome 1, Kenji Tsuruta. Editions Ki-oon, 192 pages, 15 euros. Jeune et ...