Etats d’âmes sensibles de Pedrosa

    Les Equinoxes_couvLes équinoxes, Cyril Pedrosa. Editions Dupuis, Coll. Aire libre, 336 pages, 35 euros.

    Après un gros roman graphique intimiste, le très reconnu Portugal, Cyril Pedrosa revient avec un encore plus gros roman graphique, mais choral cette fois.

    Le temps d’une année, découpée en ses quatre saison, différentes vies se révèlent: une jeune ado aux parents divorcés se découvre une passion pour le dessin, fascinée par un tableau du Louvre ; son père, orthodontiste quinquagénaire tente de dépasser son vague à l’âme, notamment en retrouvant son frère, devenu pasteur. Ailleurs, dans l’est, un vieil homme, militant de gauche fatigué suit de loin la progression politique d’une ancienne de ses protégées, devenue secrétaire d’Etat à l’Environnement (dans laquelle on reconnaîtra un peu Dominique Voynet), tandis que la région se mobilise contre un projet d’aéroport (qui fera penser à celui de Notre-Dame-des-Landes). En Bretagne, la remise en cause du chantier de l’aéroport met en difficulté une usine dont les salariés se mettent en grève. Un vieil ouvrier, proche de la retraite, envoyé sur ce fameux chantier y fait par hasard une découverte: celle d’une grotte préhistorique (dont on aura découvert, en prologue de chaque saison, quelques instants de vie, muets, d’un jeune garçon du néolithique). La relation entre tous ces destins se fait souvent via une jeune photographe, Rmiste et qui fige sur sa pellicule leurs portraits, en attendant de trouver, elle aussi l’âme soeur…

    Equinoxes_caseLes équinoxes sont ce moment ou la durée du jour est égale à celle de la nuit, instant “d’équilibre parfait entre l’ombre et la lumière. Un équilibre fugitif, semblable à l’enjeu de nos destinées humaines“, comme le précise la quatrième de couverture de ce nouveau gros album de Cyril Pedrosa.

    Dans ces différents instantanés de vie unis par un lien ténu, plus que l’équilibre parfait, c’est plutôt la fragilité, l’aspect fugitif de l’existence, la solitude, la quête d’un sens à trouver à cette foutue vie qui transparaît. Mais aussi ce qui fait toute l’humanité des personnages, leurs espoirs, leurs rêves déçus. Des sentiments superbement bien rendus ici, passant de l’un à l’autre souvent par l’intermédiaire de cette captation photographique, dont quelques peuplades primitives croient qu’elles peuvent capturer l’âme. Et c’est bien ce que réussit ici Cyril Pedrosa. A travers ces récits dessinés qui s’entrecroisent, il capte fort bien ces hommes et femmes d’aujourd’hui, parfois prolongés par des textes qui fouillent plus loin les pensées intimes de chacun d’eux.

    Graphiquement, l’album est également fort réussi, avec un dessin lui aussi délicat et sensible et une mise en couleurs accompagnant l’évolution des saisons, des teintes sombres et froides de l’hiver jusqu’aux couleurs pastel solaires de l’été. Une somme qui est surtout un beau concentré de vies.

    EQuinoxes_planche

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Dans Silex and the City, l’union fait la farce

    Silex and the city, tome 6 : merci pour ce mammouth !, Jul. Editions ...

    Histoires doubles et belles héroïnes

    [media id=23 width=320 height=240] Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis ! 0J'AIME0J'ADORE0Haha0WOUAH0SUPER !0TRISTE0GrrrrMerci !

    Le Comte de Monte-Cristo remis au goût du jour

    Le Comte de Monte-Cristo, d’après Alexandre Dumas, Ena Moriyama (dessin). Editions Kurokawa, 272 pages, 8,90 ...

    Entre mutins et blessés, Charlie remporte encore la bataille

    La Grande Guerre de Charlie, tome 7: la grande mutinerie, Pat Mills (scénario), Joe ...

    Un Temple pas dépassé

    Le temple du passé, tome 1: entrailles, les univers de Stefan Wul, Hubert Boulard ...