Familistère d’aventures pour les Lulus

    L.10EBBN002192.N001_GuerLulT3_C_FRLa Guerre des Lulus, tome 3: 1916 – Le tas de briques, Régis Hautière (scénario), Hardoc (dessin). Editions Casterman, 66 pages, 13,95 euros.

    Les lecteurs du Courrier picard avaient pu le découvrir en avant-première (et en noir et blanc) durant tout l’été. Le tome 3 de La Guerre des Lulus est désormais  sorti (et en couleurs).

    En cet automne 1915, après la mort de leur ami allemand Hans et les prédictions de bombardements massifs révélés par l’aviateur français, les cinq enfants s’enfuient dans la forêt. Mais même celle-ci n’est plus sûre, à cause des patrouilles allemandes qui y recherchent les déserteurs et ceux qui rechignent au travail forcé. Leur errance va d’abord les amener vers une cabane habitée par un sabotier aux allures d’ogre effrayant, avant de les orienter vers “la ville” de Guise et la perspective d’y trouver un abri solide pour y passer l’hiver. Luigi s’étant blessé dans une maison abandonnée, les “Lulus” vont aller se réfugier au “Tas de briques”, ainsi que les gens du coin avaient surnommé le Familistère Godin, où ils seront aidés par les familistériens. Mais les Allemands occupent les deux étages inférieurs des bâtiments et la cohabitation va s’avérer de plus en plus dangereuse. De quoi leur faire songer à fuir encore…

    Troisième album et troisième année de guerre. Tandis que celle-ci s’est enracinée, tout comme l’occupation allemande dans l’Aisne, les cinq “Lulus” gagnent en âge et en maturité. Découverts encore enfants, ils sont désormais des ados, voire presque un adulte pour Lucien. Une croissance qui se manifeste dans le dessin, avec des visages plus émaciés, moins enfantins et des préoccupations changeantes, notamment à l’égard de Luce. Ces évolutions donnent une tonalité plus grave à ce nouvel album. D’autant que le danger se fait plus omniprésent. Mais quelques “mots d’enfants”, qui participent au charme des enfants, subsistent, tout comme un running gag avec un soldat allemand se croyant victime d’hallucinations en voyant des enfants dans les endroits les plus incongrus du Familistère !

    Justement, en retrouvant le Familistère de Guise, Régis Hautière revient en terres connues, après son album De briques et de sang avec David François. Il se sert de ses connaissances acquises pour bien restituer, en quelques éléments, le contexte bien particulier de ce “palais social”. Et Hardoc, à son tour, le fait vivre fort bien, jusqu’aux petits détails (ainsi de la statue de Godin absente de son piédestal – car déboulonnée et fondue par les Allemands – dans une vue aérienne du bâtiment. Et, pour la seconde fois, des auteurs picards restituent toute la singularité du “tas de briques”.

    Toujours aussi attachants, ces Lulus gagnent en consistance d’albums en albums. Et le suspense créé dans la dernière planche laisse encore espérer de jolis rebondissements.

    La guerre des Lulus_planche

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Une Saga toujours aussi space

    Saga, tome 2, Brian K.Vaughan (scénario), Fiona Staples (dessin), éditions Urban Comics, 152 pages, ...

    La verité commence à sortir du sarcophage

    Prométhée, tome 5 : le sarcophage, de Christophe Bec, Peynet, Demarez, Vax, Raffale, Ruizge, ...

    Odyxes, un pastis temporel bien dosé

    Odyxes, tome 1: naufragé du temps, Christophe Arleston (scénario), Steven Lejeune (dessin). Editions Soleil, ...

    Le livre des Démons, lecture démoniaque

    Le Livre des Démons (série en cours), Konkichi (scénario et dessin). Editions Komikku, 192 ...

    Marx attaque en manga

    LE CAPITAL, deux tomes, Karl Marx, ed. Soleil Manga/Démopolis, 192 p. 6,95 euros. Après ...