Gai-Luron ? C’était mieux avant… mais c’est bien maintenant

    gai-luron_nouvelles_aventuresLes nouvelles aventures de Gai-Luron, tome 1 : Gai-Luron sent que tout lui échappe… Fabcaro (scénario), Pixel Vengeur (dessin). Editions Audie / Fluide Glacail, 48 pages, 10,95 €.

    Comme pour suivre la mode des come-back de la bande dessinée, Gai-Luron, historique personnage à succès des grandes heures de Pif Gadget dans les années 70,  est de retour lui aussi. Avec les encouragements du maître, Marcel Gotlib, qui a validé la reprise trente ans plus tard de son anti-héros, toujours ensommeillé, toujours flanqué d’une souris victime expiatoire des gags successifs, et toujours, surtout, amoureux platonique de Belle-Lurette…

    capture-decran-2016-11-02-a-18-59-55Mieux, Jujube est revenu dans le jeu. Oui, Jujube ! Ce renard aussi extraverti (ce que Gotlib aurait voulu être, dit-il) que Gai-Luron est introverti (ce que Gotlib serait…). C’est le héros initial de la série Nanar, Jujube et Piette créé en 1962. Publié dans Vaillant, l’ancêtre de Pif, c’est dans cette série que Gai-Luron apparut un beau jour (en 1964). Pour s’accaparer peu à peu le premier rôle et faire disparaître, à son corps défendant, ce brave Jujube (1967).

    Son retour au premier plan, même dans un second rôle, est à ce titre une belle idée, qui rajoute à la nostalgie ambiante. Soit le premier facteur d’achat. Tant retrouver tous ces drilles, joyeux ou pas, fleure bon notre enfance. Quand « c’était mieux avant ». Dès lors, aussi, « c’est bien maintenant ». Car le plaisir des retrouvailles est réel grâce aux traits de Pixel Vengeur, absolument conforme au Gai-Luron de nos souvenirs, celui de la double page de Pif, celui de Gai-Luron poche ou celui des albums édités par Fluide Glacial. Avec Gotlib, donc, aux commandes, puis son assistant Dufranne auquel le Marcel de Pilote (mâtin quel journal), des Dingossiers, de la Rubrique-à-Brac et autres folies douces jubilatoires, avait fini par céder la main (essentiellement pour Gai-Luron poche, riche de 37 numéros entre 1967 et 1976) définitivement en 1971.

    capture-decran-2016-11-02-a-19-00-21Alors le dessin, oui, c’est bien, très bien même. On replonge ainsi dans l’atmosphère « gai-lurienne » facilement. Sauf que le scenario de Fabcaro a du mal à suivre. Evidemment c’était périlleux de redonner vie à ce chien au caractère proche du Droopy de Tex Avery. Et l’auteur a manifestement tout donné pour rester dans la bonne lignée. Parfois avec succès.
    En l’espèce, ce sont les gags intemporels qui passent le mieux. Telle cette  double-page sans bulle, où notre personnage préféré remue ciel et terre pour offrir à Belle-Lurette le chocolat chaud qu’il croyait indispensable à sa satisfaction…
    En revanche, sortir Gai-Luron de son cadre des années 60-70 pour sacrifier aux travers de la modernité du XXIe siècle  est sans intérêt. Tout comme l’incompréhensible idylle de Belle-Lurette avec le dénommé John-Michaël. Elle n’amusera pas les nouveaux lecteurs espérés, si tant est-il peut y en avoir, et déroutera les vrais fans de l’authentique Gai-Luron, fatalement l’unique cœur de cible pour les éditions AUDIE, alias Fluide glacial.

    Mais bon… ce premier tome des nouvelles aventures de Gai-Luron mérite une suite. Ce qui tombe bien puisque le tome 2 est programmé pour 2017 parallèlement à la réédition des dix albums initiaux. De quoi booster la seconde vie de Gai-Luron ? Fabcaro et Pixel Vengeur méritent en tout cas le prix de l’encouragement et du respect pour s’être lancés dans pareille aventure, ô combien risquée, en toute connaissance de cause.
    « On était vachement intimidés par la tâche » dit le dessinateur. « Les reprises sont toujours un challenge » complète le scénariste. « J’ai trouvé ça pas mal du tout » assure Marcel Gotlib. C’est exactement cela. Parole du maître : « Pas mal du tout ». Même si c’était mieux avant.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    la dame est un as

    Le Plan, tome 1 : Ils avaient tout prévu, et pourtant…, Félix & Gunt. ...

    De belles images sur sa colère

    Mettez des mots sur votre colère, Marc Malès. Editions Glénat, 144 pages, 25,50 euros. ...

    Quelque chose d’improbable au royaume du Danemark

    Les Danois, Clarke. Editions Le Lombard, 104 pages, 17,95 euros. Il est amusant de ...

    Bestiarius, arène fantastique

    Bestiarius, tomes 1 à 4, Masasumi Kakizaki (scénario et dessin). Editions Kazé, 192 pages, ...

    De l’humour avant toute chose

    [media id=36 width=320 height=240] Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis ! 0J'AIME0J'ADORE0Haha0WOUAH0SUPER !0TRISTE0GrrrrMerci !

    Maladie d’amour sans coup de foudre

    Amorostasia, Cyril Bonin, éditions Futuropolis, 128 pages, 19 euros. Chez Sardou, elle courait, la ...