Good bye Vietnam

    Napalm fever, Allan Barte. Editions Bayou/Gallimard, 96 pages, 16 euros.

    C’est d’une époque pas si lointaine, mais qui semble figée dans un passé bien dépassé, que parle Allan Barte. Mais une réalité qui reste d’actualité dans les ressorts intimes de ces personnages.
    Mai 1967 à Paris, un photographe communiste est approché par des agents du KGB qui l’envoient réaliser un reportage de propagande du côté des Vietcongs. Sur place, il va s’investir à fond dans sa cause, devenir un vrai combattant actif, connaître l’amour, la mort, le drame et se retrouver confronté à son propre passé…

    Né de père vietnamien et de mère bretonne, Allan Barte livre ici un récit inspiré, semblerait-il, de la vie de son propre père. Mais il le fait comme une sorte d’Apocalypse Now racontée à la mode Lewis Trondheim. Style animalier, graphisme minimal voire enfantin et aplats de couleurs franches, tranchent avec une histoire qui n’omet rien des horreurs de la guerre.
    L’effet de contraste fonctionne plutôt bien, d’ailleurs, et la naïveté apparente du trait n’affaiblit pas le sens du propos. Et Barte parvient à entraîner le lecteur dans la spirale meurtrière et belliciste qui emporte son héros.

    Un peu limité, néanmoins, dans son souffle épique et par une psychologie un peu trop abrupte des personnages, ce petit roman graphique s’achève par une belle dernière planche, mélancolique à souhait, et qui a le mérite, dans une époque volontiers manichéenne, de ne pas trancher entre les espoirs et les dérives d’un engagement passé.

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Peleliu, du paradis à l’enfer du Pacifique

    Peleliu, Kazuyoshi Takeda (scénario et dessin), avec le concours de Masao Hiratsuka pour la ...

    Le bon temps des Mitaines

    Le Temps des Mitaines, Anne Montel (illustrations), Loïc Clément (texte). Editions BD Didier Jeunesse, ...

    Un Programme prise de tête

    Le programme Immersion, Léo Quievreux. Editions Matière, 158 pages, 23 euros. Les éditions Matière ...

    Kris et Pendanx se lancent dans une nouvelle série à train d’enfer

    Nouveau récit historique et épopée romanesque, Svoboda exhume la légion tchèque, un épisode fascinant ...

    Nouveaux mystères de Paris

    Chaque soir à onze heures, Eddy Simon (scénario), Camille Benyamina (dessin), d’après le livre ...